Antonio SAURA

naissance
1930, Hesca
décès
1998, Cuenca
nationalité
Espagnol
activité
Peintre

Antonio Saura est né à Huesca en 1930. Il est le frère du grand cinéaste Carlos Saura.
Sa carrière picturale commence en 1947. Dans les séries Constellations (1947-1950), on sent l’influence de son compatriote Miró. Puis Saura passe par une période surréaliste, fortement influencée, par Dali, Max Ernst ou encore Magritte. Il est habité par des souffrances personnelles, celles que lui a infligées sa tuberculose, et ses crises intérieures. Mais aussi par les souffrances du monde qui l’entoure.

Sans tomber dans les clichés, on peut parler d’une violence espagnole, celle du pays de la corrida, des autodafés, …et du franquisme qui a provoqué une terrible guerre civile. Antonio Saura se souviendra toute sa vie du spectacle, vu en 1938 pendant un bombardement de Barcelone, d’un homme qui a eu la tête déchiquetée par un shrapnell ! Il s’engage contre le franquisme.

A partir de 1956, Saura renonce à l’abstraction et revient à la figure humaine, qui habite désormais toute son oeuvre. Parallèlement, il renonce aussi à la couleur, allant vers une austérité quasi monochromatique : ses toiles se déclinent désormais en noirs, blancs, gris et bruns. Ses portraits sont surtout des masques. Par ces images, il retranscrit la violence incessante. « Visages terribles qui n'appartiennent plus tout à fait à la peinture raisonnable, se cherchant une parenté plus tangible à côté du masque de l'exorciste. »

L'artiste est obsédé par les autoportraits de Rembrandt. Il pratique les « séries », réalisant des portraits de Dora Maar, muse de Picasso. Il semble obsédé par la figure du roi Philippe II, cet archétype du fanatique catholique. De ses visages semi-abstraits qui permettent de reconnaître immédiatement "un Saura", se dégagent l’austérité d’un Zurbaran, et surtout la violence d’un Goya, dans Tres de mayo ou dans ses dessins consacrés aux horreurs des guerres napoléoniennes en Espagne.

Il travaillera aussi le thème des crucifixions qui fut également abordé dans une perspective laïque par Picasso, Jean Fautrier ou Francis Bacon. Après la chute du franquisme, l’artiste connaît la consécration officielle : en 1982, le roi Juan Carlos lui remet la médaille d’or des Beaux-Arts.

Antonio Saura meurt en 1998 d’une leucémie. Il laisse une oeuvre très personnelle, puissante.

+ Imprimer

DANS LES MUSÉES D'OCCITANIE

L'ENCYCLOPEDIE

Les fiches thématiques

+ Toutes les fiches thématiques

Les fiches artistes

+ Toutes les fiches artistes

design : neo05