Gustave Courbet

naissance
1819, Ornans
décès
1877, La-Tour-de-Peilz
nationalité
Française
activité
Peintre

Courbet est un des peintres les plus puissants mais aussi les plus complexes du XIXe siècle. Contemporain du positivisme et du matérialisme dont il partage, de la monarchie de Juillet à la IIIe République, le refus des traditions défaillantes et l'exigence d'objectivité, lié par l'esprit et par le cœur au mouvement démocratique de son temps, il a apporté une contribution décisive au réalisme pictural des années 1850 sans que son œuvre se réduise à cet épisode capital. Il est passé dans la légende comme un personnage brutal et arrogant, dont les outrances entretinrent la chronique scandaleuse, mais sa correspondance révèle des traits plus subtils et sa peinture ne reflète nullement une nature aussi fruste.

Son hostilité déclarée à l'idéalisme, qui lui valut d'être qualifié par Baudelaire de "massacreur de facultés", concerne l'académisme pseudo-classique et les "défroques romantiques" (comme il dit), qui survivent dans l'art de son temps et dont il entend le purger: elle n'exclut ni la poésie, ni la culture. "J'ai étudié, en dehors de tout système et sans parti pris, l'art des anciens et l'art des modernes" et "puisé dans l'entière connaissance de la tradition le sentiment raisonné et indépendant de ma propre individualité". Cette déclaration radicale et pourtant mesurée définit clairement le programme qu'il s'est fixé. Programme de lucidité, de sincérité, impliquant l'examen critique mais non le rejet systématique d'une "tradition" mal comprise par ses prétendus héritiers. Programme de retour à des évidences simples et fortes, reposant sur l'expérience, le bon sens, les grands sentiments plus que les grands principes. Programme de peintre et de poète, où la pratique du métier l'emporte sur les théories, et où l'image ne se borne jamais à la transcription d'un message, même quand apparaît une certaine intention didactique. Cette démarche est comparable à celle d'un Caravage, d'un Géricault ou, bientôt, d'un Manet. Comme eux, Courbet passa pour révolutionnaire parce que son art tranchait par sa vigueur sur les artifices et les compromis de ses contemporains.

© 1998 Encyclopædia Universalis France S.A.
Tous droits de propriété intellectuelle et industrielle réservés.

+ Imprimer

bouton (voir le diaporama de l'artiste) Les Coquelicots - Gustave Courbet La Vallée - Gustave Courbet

DANS LES MUSÉES D'OCCITANIE

L'ENCYCLOPEDIE

Les fiches thématiques

+ Toutes les fiches thématiques

Les fiches artistes

+ Toutes les fiches artistes

design : neo05