les Abattoirs [Toulouse, 31]

Exposition : Chambre d'écho n°2 : Pierre Huyghe (archive)

du 1er avril au 31 mai 2015

Horaires :
Du mercredi au dimanche 12h-18h
Nocturne le jeudi (hors vacances scolaires) jusqu'à 20h

Visites guidées :
Mercredi à 14h30
Samedi à 15h
1er dimanche du mois à 12h

En 2002, avec la vidéo Block party, Pierre Huyghe s'attachait à l'histoire du hip-hop en approchant les différents protagonistes de sa naissance : Kool Herc, Africa Bambaata ou encore Grand Master Flash. Le terrain vague sur lequel ils se retrouvent, leurs souvenirs comme leurs anecdotes sont tellement connus qu’ils sont devenus des légendes. Dans son montage, le film de Huyghe colle à son propos. Il démarre sur une vue de DJ Kool Herc passant les premières mesures du Apache d’Incredible Bongo Band – un des beats les plus connus et les plus employés du hip-hop – puis se déroule d’arrière en avant. Il commence par l'image du bras d'une platine en fin de course et s'achève par son début, refusant une narration linéaire au profit d’une histoire dont les trajets explosés peuvent toujours être rejoués.

Présenté à la Documenta 11 en 2002, ce film peut paraître étrange par sa thématique dans le corpus de l’artiste. Mais, il est une somme d’appropriations, de légendes, de souvenirs et de transmissions, des thématiques centrales dans le travail de Huyghe. Jouée à rebours, scratchée en son centre, l’œuvre adopte une forme propre à l’histoire qu’elle retrace.

"Chambre d'écho" est un programme d'expositions des Abattoirs qui lie le musée à une actualité artistique et culturelle. C'est dans le cadre de Sound System Culture III, manifestation annuelle dédiée par les Abattoirs – en collaboration avec le festival Rio Loco et la société de production Talowa – aux cultures de l'amplification que cette œuvre est présentée aux Abattoirs. En effet après s'être intéressés à l'importation en Europe via l'Angleterre des Sound Systems Jamaïcain en 2013 et en 2014 aux Picos Colombiens, les Abattoirs proposent le 16 mai 2015 une soirée dédiée aux origines jamaïcaines du Hip-Hop et à la mutation du Sound System en Block Party.

De manière basique, le "sound system" (traduisible littéralement par système sonore) est composé d’un outil de lecture musicale (une platine), de traitements sonores (équaliseur, reverb, delay...) et par dessus tout d’un système d’amplification qui s’achève sur des enceintes de taille monumentale. Cette sono trouve son origine au milieu des années 1950 dans les soirées dansantes jamaïcaines. Là y sont joués à très fort volume des disques de rythmn & blues d’Amérique du nord. Le volume est capital car le son doit se sentir. La musique vient de loin, elle a traversé les mers et se réincarne uniquement par sa diffusion, en live mais avec des musiciens fantômes, enregistrés. En extrapolant, l’on pourrait dire que cette obsession pour la basse, les strates les plus profondes et sensuelles de la musique modèlera par la suite plus de 60 ans de ”bass culture”, une musique, qui, du reggae au dubstep, en passant par le hip-hop, la techno ou la jungle repose sur des fréquences basses et une culture de la reproduction et de l’amplification.

+ Imprimer

design : neo05