les Abattoirs [Toulouse, 31]

Exposition : HabiteR / Collection Frac Midi-Pyrénées (archive)

jusqu'à fin janvier 2012

Galerie sud - 1er étage des Abattoirs

photographie :
Serge Pey "Tombeau pour Sawtche (allias Saartje Baartman) Vénus Hottentote" 2009 Œuvre en 3 dimensions, Installation. Ensemble de dessins (craie sur tableau noir), sculptures, bâtons et vidéos. Collection les Abattoirs/FRAC Midi-Pyrénées / © photo André Morin

Avec les œuvres de : Art orienté Objet, Serge Pey, Carole Douillard, Berdaguer & Péjus, John Isaacs, Delphine Gigoux-Martin, Basserode, Eric Hurtado, Jean Daviot, Art Aborigène, ... et David Altmejd à l'abbaye de Flaran.

En écho au Printemps de Septembre qu'ils accueillent dans leurs murs, les Abattoirs et le Frac Midi-Pyrénées proposent un accrochage des dernières acquisitions faisant particulièrement sens avec le projet de l'édition 2011 du festival, confié à la commissaire belge Anne Pontégnie et intitulé "D'un autre monde".

D'un autre monde a en effet été conçu à partir d'une particularité de la création contemporaine : quand certains artistes font appel à des formes élémentaires liées aux notions "de geste, traces, cérémonies, rituels, invocations". Pour Anne Pontégnie, la directrice artistique de D'un autre Monde : "il ne s'agit ni d'un retour à des valeurs stables, ni d'une quête d'authenticité, mais d'une nouvelle négociation entre l'homme et la nature".

Ces intuitions et ces constats coïncident avec certaines expérimentations conduites par le Frac Midi-Pyrénées et les Abattoirs depuis plusieurs années à Toulouse et sur le territoire régional. Notamment depuis les débuts de l'exposition DreamTime dans la grotte du Mas d'Azil en 2009, ou à Fiac dans la Tarn avec les éditions Transrituels et Totems sans tabous. Ces expériences ont été l'occasion pour le Frac de favoriser des créations spécifiques dont certaines ont rejoint les collections.

Ces acquisitions récentes constituent un ensemble tout à fait original, pour ne pas dire "endémique", qui sera montré pour la première fois dans son ensemble aux Abattoirs, au moment particulièrement propice D'un autre monde.

Cette exposition sera aussi l'occasion de mettre en valeur l'action territoriale des Abattoirs à travers la collaboration avec les résidences d'artistes Caza d'Oro au Mas d'Azil, par ailleurs partenaires du Printemps de Septembre 2011 pour une résidence de création liée au monde souterrain.

Cette présentation fera aussi le lien avec l'exposition, DreamTime 3 / HabitéR, qui vient de s'ouvrir à la grotte du Mas d'Azil (jusqu'au 2 octobre) et dont elle prolonge le propos et la problématique :

"Le titre, HabitéR, joue volontairement sur les deux principaux sens du terme habiter. Le premier, assez concret, évoque la demeure, le fait de résider, de s'installer, de se fixer. Le second sens, plus abstrait, psychique et spirituel, est synonyme de hanté, obnubilé, ou travaillé de l'intérieur.

La fusion de ces deux sens renvoie à la double dimension originelle de la grotte du Mas d'Azil, à la fois lieu de refuge et matrice de rituels ou de cultures. Elle renvoie aussi à ce moment clef de l'histoire de l'humanité, avec le passage il y a près de 10 000 ans, à la période dite "Azilienne", de la civilisation des chasseur-cueilleurs à la nôtre. Transition et invention de l'homme moderne, qui se caractérise par la maîtrise progressive et l'exploitation, parfois abusive, de son environnement.

Au regard des défis actuels liés à notre gestion physique et psychologique de la planète, ces deux dimensions que la civilisation occidentale et rationaliste semble avoir voulu disjoindre de manière définitive, ne sont-elles pas à revisiter conjointement ?

C'est pourquoi l'aventure de DreamTime – HabitéR, nous propose, à travers la double expérience de la grotte et de la création contemporaine, de revisiter une part enfouie et peut-être toujours vivace de notre humanité. Une part rituelle mais aussi magique.
Les œuvres, qu'elles soient contemporaines ou magdaléniennes sont les clefs de cette expérience inédite. Des clefs qui ouvrent nos consciences sur la relativité du grand écart temporel et culturel qui nous sépare des premiers habitants de la grotte. C'est à dire de nous même.

L'exposition sera alors peut-être le moyen de reconsidérer, de réinventer nos manières d'habiter l'espace, le temps, l'histoire en révisant nos instincts de propriétaires.
Car après tout, n'est-ce pas la grotte qui nous visite et nous habite ?
Comme pour mieux nous retrouver.".

Commissariat : Pascal Pique, directeur du Frac Midi-Pyrénées

Un événementiel performatif sera programmé pendant le festival aux Abattoirs pour saluer la sortie de l'édition du catalogue des 3 années de l'exposition DreamTime ainsi que de l'édition d'un Dvd.

© les Abattoirs

+ Imprimer

design : neo05