les Abattoirs [Toulouse, 31]

Exposition : J'étais, je suis, je serai (archive)

du 23 mai au 13 juillet 2013

les Abattoirs - Médiathèque
Tél : 05 34 51 10 60  - 05 34 51 10 69

du mercredi au vendredi : 13h-18h
samedi : 11h-18h
Fermé les jours fériés

L'exposition sera suivie par une journée d’étude le 24 mai 2013 de 10h à 16h30 à l’arche, Université Toulouse Le-Mirail- AR202.
Au cours de cette journée seront abordés : le genre en prison, l’intervention en détention, l’enfermement et l’art comme résistance.

L'aboutissement d'un travail d'atelier hebdomadaire conduit par Sébastien Lange, durant quatre années, auprès des femmes détenues à la maison d'arrêt de Seysses, portant sur la création de cartes géographiques peintes et sonorisées.

Dans le cadre d’une résidence financée par le programme national "Culture-santé"*, Sébastien Lange est intervenu pendant 4 ans auprès de femmes détenues au centre de détention de Seysses et suivies par les équipes du service médico-psychologique régional du Centre Hospitalier Gérard Marchant. "J'étais, je suis, je serai" est le résultat de leur travail, portant sur la création de cartes géographiques peintes et sonorisées.

"J'étais, je suis, je serai" est une litanie que des rabbins psalmodiaient et dansaient furtivement, la nuit venue, dans le ghetto de Varsovie.
"J'étais, je suis, je serai" ainsi prononcé, abolit d'un coup toutes les formes d'enfermement.

Ce projet d'exposition à la Médiathèque des Abattoirs fut posé d'emblée comme l’aboutissement d'un processus de création que je souhaitais libre et aléatoire, et que seul les limites structurelles de temps et d'espace imposées pour le milieu carcéral encadreraient; destinées à sortir de l'enfermement où elles sont nées et à se déployer entre les murs du dehors, ces cartes, au départ artisanales, se muent en objet d'art dans le musée qui les accueille.
Le protocole établi pour la conduite des ateliers se passa de méthode. Le matériel graphique et sonore, soumis à un strict contrôle, fut mis à la libre disposition des volontaires et les conseils prodigués à la demande. Sur cela point de surveillance.
Les contraintes de la détention avec son temps comme uniforme et l'instabilité des personnes en souffrance, ont imprimé leur rythme à la réalisation de ces topographies intimes, naïves et complexes, qui peu à peu dessinent des portraits dont l'anonymat se dévoile au risque du malaise.

Ainsi sont nées au fil des mois et d'un rituel immuable, les oeuvres et confidences de celles qui ont accepté de se livrer.

Sébastien Lange

Projet réalisé avec le soutien de la Drac Midi-Pyrénées et de l’Agence régionale de santé Midi-Pyrénées dans le cadre du programme Culture-Santé.

+ Imprimer

design : neo05