Musée Calbet [Grisolles, 82]

Collection : Les landaus marque La Sociable

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Le landau de marque

+ Voir toutes les œuvres de la collection

Les landaus marque La Sociable

Eugène Vincent et Cie était une société installée à Paris à partir de 1863. C'est l'inventeur de la « sociable » la seule suspension réglable « évitant toute trépidation ».

Quand sont apparus les premiers landaus ?

Le mot « landau » viendrait de la ville allemande Landau où ont été crées au XIXe siècle des voitures hippomobiles du même nom à quatre roues et à double capote mobile.
Mais il est difficile de dater avec précision l’apparition de l’objet car il semblerait que le plus ancien moyen de transport pour enfant existait déjà à Athènes vers l’an 1000 avant JC.

Au XVIIIe siècle, certaines familles aisées faisaient fabriquer un siège sur trois ou quatre roues. Il pouvait être poussé par une personne ou tiré par un animal (chèvre, poney, chien).
En 1813 à Paris, le jeune fils de Napoléon Ier, roi de Rome, allait en promenade dans un landau à quatre roues tiré par deux moutons blancs, parfaite reproduction de la voiture hippomobile.
Les premiers transports pour enfants (on les désignait ainsi), firent leur apparition en 1845. Il s’agissait cependant à l’époque de charrette à trois roues. Le mot « landau » ne sera véritablement employé en France que vers 1875.

La forme évolue suivant les époques

Les précurseurs du landau furent les anglais suivi de près par les allemands et enfin les Français.
Jusqu’au années 1860 environ, les roues étaient en bois cerclées de fer et c’est à cette époque que tablier et capotes firent leur apparition dans une matière appelée « moleskine ».
Les suspensions virent le jour vers 1880 ; elles sont en cuir à chaînettes ou en fer. Imaginez l’inconfort de l’enfant avant la suspension !
Pendant trois décennies, les landaus seront dessinés de coloris lumineux et haut sur roues.

Puis les années 1920 font prévaloir le confort ainsi que la sécurité et le landau à la mode se fabrique alors en acier. Pour prévenir les chutes, il est devenu excessivement profond, la taille des roues a diminué, sa suspension et son capitonnage se sont améliorés. Leur design ne s'inspire plus des carrosses mais des automobiles… C'est grâce à une première fabrication en série dans cette version d'acier que le landau se démocratise.

Après la seconde guerre mondiale, l’usage du landau va considérablement se développer. Le « baby boom » entraîne tout naturellement le développement d’un nouveau marché.
La vie moderne sacrifiera la grâce du landau pour la maniabilité et la sécurité.
Favoriser éveil et santé
Avec le XIXe siècle se développe la sensibilisation à l'hygiène et, avec elle, le culte du grand air et de ses bienfaits. Comme l'époque commence aussi à accorder plus de considération aux enfants, les médecins recommandent vivement aux mères de favoriser la santé et l'éveil de leur bébé par de longues et régulières promenades. Si l’enfant naît à la belle saison, on peut le sortir dès qu'il a quinze jours. En hiver, on attend un mois. Une promenade quotidienne est préconisée jusqu'à ses trois mois ; ce sont ensuite des balades matin et soir. A cette époque, on voit les nourrices avec landaus envahir les jardins publics dans les villes.
Tout comme l’automobile, la gamme de landaus était très étendue. Seuls les bourgeois et notables pouvaient se permettre un tel achat (45 à 120 F en 1910, un ouvrier gagnant en moyenne 4 F par jour). Élégant, luxueux et imposant, le landau est à Londres, comme à Paris et à Grisolles, un signe extérieur de standing. …

Source:
Danielle Olaizola "rêves de notre enfance!", 2003
Florence et Pierre Espaldet, musée du landau à St Aubin de Scellon (27)

+ Imprimer

design : neo05