Musée de Cahors Henri-Martin [Cahors, 46]

Départ des vaisseaux de la rade de Toulon

Collection : Art du XVIIIe siècle

Départ des vaisseaux de la rade de Toulon - Jacques RIGAUD
Artiste
Jacques RIGAUD
(1er mai 1680 Puyloubier - 10 aoüt 1754 Paris)
Titre
Départ des vaisseaux de la rade de Toulon
Chronologie
XVIIIE siècle
Technique
Eau-forte
Dimensions
34,6 x 18,5 cm
Numéro d'inventaire
Ni.380.7

© Tous droits réservés.

+ Agrandir l'image

Sous le règne de François Ier, l’Arsenal des galères françaises est à son apogée, avec un total de 42 galères en 1548 dans le port de Marseille. Ces navires existent depuis l’Antiquité et ont fait leur preuve dans nombres de batailles. Elles sont surtout adaptées pour des combats en mer Méditerranée et font l’objet de modifications au fil des avancées technologiques (elles seront notamment dotées de canons). En 1624, les galères sont transférées de Marseille à Toulon afin de mieux combattre les barbaresques (pirates opérant en mer Méditerranée).

Lorsque Louis XIV visite Marseille en 1660, le port n’abrite plus de flotte de guerre et il ne reste plus que six galères en service à Toulon. Néanmoins le roi souhaite avoir une flotte dépassant celle de l’Espagne et de l’Italie et cela nécessite des infrastructures suffisantes, ainsi qu’un nombre d’hommes important. Le 24 juillet 1665, un ordre du roi Louis XIV arrive à Marseille. Il y exprime son désir d’y voir construire un nouvel arsenal. Entre 1665 et 1669, un terrain est trouvé à Marseille pour accueillir l’arsenal et les galères présentes à Toulon sont déplacées à Marseille.

C’est probablement cet épisode qui est relaté dans cette eau-forte de Jacques Rigaud, où l’on voit en arrière-plan les galères quitter le port de Toulon. L’arsenal de Louis XIV fut à son apogée entre 1690 et 1700 avec quarante galères. Ce fut à cette époque la flotte la plus puissante d’Europe. Elle fut utilisée sous le règne de Louis XIV lors de nombreux affrontements en Méditerranée. Néanmoins un déclin s’amorce au début du XVIIIe siècle. Il ne restera au début du siècle suivant qu’une seule galère, dernière trace de la flotte prestigieuse du roi soleil, qui sera détruite en 1814.

+ Imprimer

design : neo05