Musée de Cahors Henri-Martin [Cahors, 46]

Joseph, le nègre

Collection : Peinture du XIXe siècle

Joseph, le nègre - Adolphe Brune
Artiste
Adolphe Brune
(1802 Paris - 1875)
Titre
Joseph, le nègre
Chronologie
2ème moitié du XIXe siècle
Technique
Huile sur toile
Dimensions
164 cm x 115 cm
Numéro d'inventaire
2006.5.8

© Nelly Blaya

+ Agrandir l'image

Dans un paysage ouvert mais non reconnaissable, un homme noir est assis. Il regarde le spectateur et approche de sa bouche un bol blanc qui se détache sur sa peau foncée. On l'imagine nu, un simple linge blanc autour de sa taille, une grande étoffe rouge à rayures claires, luisante comme du satin, s'accorde au brun chaud de sa peau. Le panier rempli de fruits, les grappes de raisin, la calebasse évoquent une contrée au climat chaud "où la nature donne des arbres singuliers et des fruits savoureux", peut-être Saint-Domingue dont Joseph, le sujet du tableau, était originaire.

Cet homme était un modèle célèbre. Il apparaît dans Le Radeau de la Méduse de Géricault (c'est l'homme qui, vu de dos, agite un morceau de tissu au navire passant au loin), ou dans une étude de Chassériau conservée au musée Ingres de Montauban. Les contemporains le décrivent non seulement admirablement beau, large d'épaules, les hanches minces, mais aussi d'un caractère affable et Géricault semble l'avoir apprécié comme modèle moins pour son physique, capable de rivaliser avec statues antiques que pour le charme de sa personnalité.

"A ce propos nous dirons que tous les peintres ont leur modèle de prédilection, qu’ils reproduisent incessamment dans leurs tableaux. Qu’un artiste rencontre dans la rue un homme aux traits mâles et fortement accentués, à la physionomie expressive, à la tournure athlétique, fût-ce sous les haillons d’un chiffonnier, l’artiste l’endoctrinera et l’aura bientôt fait passer de l’échope à l’atelier. C’est ainsi que Géricault recruta parmi les acteurs de madame Saqui le nègre Joseph, qui, venu de Saint-Domingue à Marseille, et de Marseille à Paris, avait été engagé dans la troupe acrobate pour jouer les Africains. Le Naufrage de la Méduse amena une nombreuse clientèle à Joseph, et ses épaules larges et son torse effilé la lui ont conservée, malgré ses impardonnables distractions. Car pensez-vous que l’Haïtien, brûlé par le soleil des tropiques, va demeurer tranquille dans sa pose comme Napoléon sur la Colonne ? Non : vous voyez tout à coup sa figure s’épanouir, ses grosses lèvres s’ouvrir, ses dents blanches étinceler ; il se parle à lui-même, il se conte des histoires, il rit à gorge déployée ; il songe à son pays natal ; réchauffé par la chaleur du poêle, il rêve le climat des Antilles ; au milieu des émanations  de la tôle rougie et de la couleur à l’huile, il respire le parfum des orangers. O illusions !" (Émile Gigault de LA BÉDOLLIÈRE, Le Modèle (1840).

Dépôt de l'Etat le 27 mars 1874.
Cette oeuvre n'est pas présentée de façon permanente.

+ Imprimer

design : neo05