Musée de Cahors Henri-Martin [Cahors, 46]

Exposition : Louttre B, L'insolente nécessité de la peinture (archive)

du 16 juin au 1er octobre 2012

De son adolescence vécue dans le Lot, Louttre.B (né en 1926) garde une prédilection pour la nature. Le besoin de peindre survient très tôt, dans l’atelier où il dialogue avec son père le peintre Roger Bissière. Son œuvre, dans les années 1950, proche de l’abstraction, trouve son identité propre dès le début des années 1960 avec une forme de figuration qu’il décline et réactive par cycles, renouvelant en permanence son vocabulaire pictural. Remarquable par sa liberté, son indépendance et son inventivité, Louttre.B se joue des règles établies et s’abandonne sereinement à l’émoi préférant la spontanéité à toute conceptualisation.

Au début des années 1990, après un bref retour à la peinture à l’huile, Louttre.B réintroduit le sable dans sa pratique picturale. Outre la matière, il donne à ce grain une profondeur en mélangeant sable et pigments, dans des compositions où le paysage laisse place à des formes toujours en phase avec une nature rêvée. L’exposition Pages de Sable au Centre d’art contemporain de Mont-de-Marsan (1991) illustre cette évolution qui prend tout son sens lors de la rétrospective organisée en 1996 par la Maison des Arts Georges Pompidou à Cajarc. Se succèdent alors des séries de tableaux comme Campagnes de l’An II (2001) ou Les Licornes (2003) dans lesquelles la figure ne semble plus être qu’un prétexte à la superposition de plans colorés. Cette série est présentée largement lors de l’exposition de 2003 au musée de Sens à qui, dans le même temps, l’artiste fait donation de 458 de ses gravures, couvrant la période 1983 à 2003. Depuis 2009, Louttre expose à la galerie Bernard Ceysson, à Paris et au Luxembourg, des peintures où le grand format lui permet de déconstruire les éléments formels du paysage en de violents assemblages de couleurs.
Parallèlement, il diversifie ses pratiques et multiplie les expériences. Sculptures monumentales et «fabriques» dans le Lot, commandes publiques, expérimentation de la porcelaine à la Manufacture de Sèvres, gravures sur bois en taille douce, livres d’artiste.
L'exposition au musée de Cahors Henri-Martin s’organisera au rez-de-chaussée de façon chronologique, avec les tableaux à l’huile (1992-1994) puis l'utilisation du sable mélangé au pigment (1995-2005) et enfin l'explosion des couleurs et des formes qui accompagnent le retour à l'acrylique dans les œuvres récentes. Les salles du premier et du second étage aborderont l'œuvre d'une façon thématique à travers l'exploration par l'artiste de la forme de l'arbre et la mise en évidence du traitement de la couleur par la juxtaposition violente des plans colorés ou leur dissolution.

+ Imprimer

design : neo05