Musée Denys-Puech [Rodez, 12]

Exposition : "Gustave Moreau, le Chemin oublié" (archive)

du 28 juin au 17 novembre 2013

Du 28 juin au 17 novembre 2013

En 1862, Gustave Moreau a 40 ans, il est rentré de son voyage en Italie et travaille assidûment pour préparer une œuvre d’un style nouveau, plus personnel, qu’il souhaite présenter au Salon. Pour lui venir en aide financièrement, son ami le peintre Eugène Fromentin lui transmet la commande d’Elie Cabrol, fils de l’un des fondateurs des houillères de Decazeville, qui veut un chemin de Croix pour l’église de la Ville. Gustave Moreau l’accepte sans grand enthousiasme. Les quatorze toiles sont rapidement exécutées. Elles ne sont pas signées et l'artiste exige que son travail reste anonyme.
Mais si seules les figures centrales et particulièrement le Christ sont réellement poussées, la construction est très recherchée. L'ensemble se signale par son extrême sobriété et sa grande fidélité au récit biblique. L'influence de Chassériau se fait encore nettement sentir mais l'on perçoit aussi les leçons de l'Italie et des peintres maniéristes. Le Chemin de croix de Decazeville compte parmi les premières œuvres où Moreau se révèle à lui-même, tant par la coloration que par le style des personnages et du décor.
L'histoire du Chemin de Croix est rapidement tombée dans l'oubli ; jusque dans les années 1960 les toiles étaient attribuées à un élève de Gustave Moreau. C’est grâce aux recherches de Gilbert Bou que le Chemin de croix a été redécouvert, réattribué et classé au titre de Monument historique en 1965.
L’exposition est l’occasion de remettre en lumière ce Chemin oublié, de l’étudier, de le restaurer de le confronter à d’autres oeuvres de Gustave Moreau illustrant les derniers instants de la vie du Christ.

+ Imprimer

design : neo05