Musée Denys-Puech [Rodez, 12]

Exposition : "Merz & Moticos" Kurt Schwitters et Ray Johnson (archive)

du 22 juin au 28 octobre 2012

Vernissage le vendredi 22 juin à 18h30

Coproduction Ville de Rodez et Agglomération du Grand Rodez en partenariat avec le musée Max Ernst de Brühl
Commissariat : Benoît Decron Conservateur en chef du musée Soulages, Rodez

L'exposition "Merz & Moticos" réunit plus de 40 oeuvres de Kurt Schwitters (1887-1948) et autant de dessins de Ray Johnson (1927-1995) issus de collections privées prestigieuses. Ces deux artistes ont comme point commun d'avoir choisi le collage comme technique de prédilection.

Schwitters est aujourd’hui considéré comme un des artistes majeurs de l’avant-garde allemande entre 1920 et 1940. Proche des mouvements Dada et De Stilj, il voulait « brouiller les frontières entre les arts ». Sa démarche, unique et originale en son temps, visait à créer une œuvre d’art totale, « synthèse de toutes les formes artistiques ».
Il a réuni une grande partie de ses travaux sous le nom de Merz, tiré du mot «Kommerz» (commerce), découpé dans un prospectus bancaire. Ses collages et ses assemblages, constitués de fragments arrachés à la réalité - coupures de journaux, tickets de transport, publicités, détritus divers… -, se distinguent par une composition élaborée, une démarche esthétique affirmée et un grand sens de l’humour.
Ses poèmes, constitués de sons, syllabes ou mots isolés forment des propositions rythmiques abstraites. De 1919 à 1939, il a construit dans sa maison de Hanovre un « Merzbau », « environnement » constitué de collages de matériaux hétéroclites envahissant progressivement une pièce entière.
Son art ayant été qualifié de «dégénéré» par les nationaux-socialistes, il décide d’émigrer en Norvège en 1937, puis en Angleterre où il reste jusqu’à la fin de ses jours.

Les œuvres exposées ont été crées entre 1920 et 1947, la plupart d’entre elles n’ont jamais été présentées en France. Elles offrent un aperçu condensé de la diversité de l’oeuvre de Schwitters.

Comme Schwitters, Ray Johnson fut un marginal dans le monde de l’art. Le « New York Times » le qualifia d’ « artiste inconnu le plus célèbre ». Il donna à ses collages, conçus pour une présentation destinée à des musées et des galeries, le nom de Moticos. Parallèlement, il envoya un grand nombre de ses travaux par voie postale à un immense réseau de destinataires – des lettres contenant des textes et des motifs, qu’il intégrait de façon modifiée à ses collages. P
our ses collages, il utilisait des morceaux d’images issues de magazines et de journaux mais aussi des travaux personnels qu’il découpait, collait sur du carton, et dont il recouvrait la surface de peinture. Parfois, il retravaillait ces éléments de collage, comparables à des pièces de mosaïque, avec du papier de verre. Très souvent, les destinataires de ses courriers faisaient partie du processus de création et étaient priés d’apporter leur contribution personnelle.
Avant l’apparition de l’internet est ainsi né un réseau de communication aux ramifications nombreuses.

Proche du Pop Art, Ray Johnson est considéré, depuis la création de la « New York Correspondence School » en 1963, comme le fondateur du Mail Art.

+ Imprimer

design : neo05