Musée des Augustins, musée des Beaux-Arts de Toulouse [Toulouse, 31]

Collection : Sculptures gothiques

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Croix de cimetière de Guillemette, femme de Jean Azémar maréchal-ferrand -  Anonyme
  • Saint François d'Assise -  Maître de Rieux
  • Jean Tissendier, évêque de Rieux-Volvestre (1324-1348) figuré en donateur de la chapelle dite de Rieux -  Maître de Rieux
  • Christ au tombeau de la vision de saint Grégoire entre la Vierge et saint Jean l'Evangéliste -  Anonyme
  • Ange jouant de l'orgue -  Anonyme
  • Ame d'un élu conduit auprès de la Vierge à l'Enfant par deux anges -  Anonyme

+ Voir toutes les œuvres de la collection

L’essentiel de la collection de sculptures gothiques du musée (près de quatre cents œuvres) couvre une période allant de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle.
Les salles conventuelles (salle capitulaire, chapelle Notre-Dame de Pitié et Sacristie) sensiblement contemporaines (du XIVe au début du XVIe siècle) qui s’ouvrent sur la galerie orientale du cloître des Augustins, constituent un cadre parfaitement en accord avec ces sculptures religieuses. Elles proviennent pour une très large part d’édifices toulousains.

Le terme « gothique », ainsi désigné, péjorativement, par les humanistes de la Renaissance pour qualifier l’art « barbare », est aujourd’hui utilisé pour nommer un style apparu au XIIe siècle, notamment en Ile-de-France. Ce style s’est étendu, avec des fortunes diverses, à toute l’Europe occidentale.
À Toulouse, au XIIIe siècle, alors qu’une architecture gothique méridionale se définit lors de la construction de la cathédrale, puis dans les grands vaisseaux à nef unique des Jacobins, des Cordeliers et des Augustins, la sculpture n’épouse le style gothique que plus tardivement, dans la seconde moitié du siècle. Cette particularité s’explique autant par la forte imprégnation romane de la cité que par son rattachement tardif au royaume, en 1271.
Cette sculpture doit être cherchée en partie haute des édifices : chapiteaux aux ornements végétaux, clefs de voûte chargées des effigies du Christ, de la Vierge et des saints, culots et gargouilles pleines de fantaisie.
Hormis le portail de l’église des Grands Carmes (disparue en 1808 - 1810 avec le couvent), la fin du XIIIe siècle ne semble pas avoir été marquée à Toulouse par de nombreux grands ensembles sculptés.

La sculpture gothique est bien représentée dans les collections du musée, autour du remarquable ensemble de la chapelle de Rieux, présenté dans la chapelle Notre-Dame de Pitié au centre de la galerie orientale du cloître.

+ Imprimer

design : neo05