Musée des Augustins, musée des Beaux-Arts de Toulouse [Toulouse, 31]

Le Prophète Elie

Collection : Sculptures XVIe-XVIIIe siècles

Le Prophète Elie - Marc Arcis
Artiste
Marc Arcis
Titre
Le Prophète Elie
Chronologie
vers 1690
Technique
Terre cuite, moulage
Dimensions
129 x 168 x 65 cm
Numéro d'inventaire
RA 879 A

© Photo STC - Mairie de Toulouse

+ Agrandir l'image

Les remarquables Prophètes de Marc Arcis exécutés pour la chapelle Notre-Dame du Mont-Carmel, à la demande du magistrat Vandages de Malapeire, ont été conçues à la fin du XVIIe siècle. L’église a été vendue comme bien de la Nation en 1791. Démantelée, elle fut démolie en 1806.
Le Mont Carmel, dans le Nord d’Israël, est un lieu sacré pour les chrétiens. Le prophète Élie y a vaincu les idoles et c’est là que fut édifiée la première église consacrée à Marie.
Sur l’ensemble du vaste programme décoratif, outre des peintures, quatre figures de terre cuite nous sont parvenues : les prophètes Elie, Elisée, Agabus (dans l’Ancien Testament, les prophètes sont les annonciateurs de la venue du Messie) et Saint Simon Stock (saint anglais du XIIIe siècle, général de l’ordre des Carmes). Bien qu’il n’ait laissé aucun écrit, Élie est considéré par les Carmes comme le fondateur de leur Ordre dont il porte le scapulaire (vêtement fait de deux morceaux d’étoffe). Élisée, à qui Élie a donné son manteau est son successeur. Agabus, l’un des prétendants de la Vierge éconduit, se retira sur le Mont Carmel où il fit construire la première chapelle en l’honneur de Marie dont il présente ici le plan. Saint Simon Stock demanda à la Vierge d’accorder à l’Ordre des Carmes sa protection. Elle lui remit l’habit carmélite qui permet à ces religieux d’échapper aux flammes de l’enfer.
Chaque personnage a été doté d’une forte individualité expressive et se déploie dans l’espace avec aisance. Placés à l’origine deux à deux sur les marches qui menaient à la statue de la Vierge à l’Enfant sous un baldaquin aux colonnes torses, ils constituent l’un des plus beaux témoignages de la vivacité de l’art baroque toulousain.

(c) Musée des Augustins, Charlotte Riou, Conservatrice des sculptures.

+ Imprimer

design : neo05