Musée des Augustins, musée des Beaux-Arts de Toulouse [Toulouse, 31]

Exposition : Chroniques d’un peintre italien voyageur, Antonio Verrio (1636-1707) : Lecce – Toulouse - Londres (archive)

du 27 mars au 27 juin 2010

Horaires d’ouverture
Ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf le 1er mai
Nocturne le mercredi jusqu’à 21h
fermeture à 16h les dimanches 11 avril, 9 mai et 13 juin

Tarifs exposition
> Entrée (exposition et musée) : 6 €
> Tarif réduit : 4 € (groupes et pour tous les premiers dimanche du mois).
> Gratuité : moins de 18 ans, scolaires et étudiants, enseignants de l’école des Beaux-Arts, journalistes, conservateurs.

Autour de l’exposition
Activités adultes :
> Visites commentées tous les jours.
> 2 mars et 30 mars : deux conférences en histoire de l’art organisées par les Amis du musée.

Visites conversations pour les étudiants :
> Mercredi 19 mai à 19h - organisées par des étudiants en art.

Activités enfants :
> Parcours-jeu à partir de 7 ans, pour découvrir l’exposition en s’amusant
> visites exploration (7-10 ans) animées par des historiens de l’art de la ville
> ateliers à partir de 7 ans, stages pendant les vacances pour les 6-12 ans
> stage de bande dessinée à part

Peintre italien baroque formé en Italie du Sud, Verrio connaîtra, après un passage à Toulouse puis à Paris, une grande renommée à la cour d’Angleterre pour ses talents de coloriste et ses décors somptueux au château de Windsor ou à Hampton Court.

Originaire de Lecce dans les Pouilles (Italie du Sud), Verrio se forme à l’école de la peinture florentine de la première moitié du XVIIe siècle. Ses œuvres conservées à Lecce, toutes d’inspiration religieuse, révèlent un grand coloriste et un artiste sensible au pouvoir des étoffes et des drapés. Après un passage par Naples, capitale culturelle de l’Italie du Sud, Verrio s’installe à Toulouse en 1666, attiré par des mécènes comme Pierre Paul Riquet, le promoteur du canal du Midi. Il peint de grands tableaux pour les églises des Carmélites et des Capucins et répond aussi à des commandes importantes pour des demeures particulières. S’il apporte à l’école toulousaine sa connaissance de l’art italien, il sait aussi s’inspirer de l’art de peintres locaux comme Frédeau.
La légende veut que Verrio ait vécu une existence dissolue qui expliquerait ses multiples déménagements. En tout cas, il quitte Toulouse précipitamment vers 1670 pour rejoindre Paris où il réalise le décor prestigieux de l’Hôtel Brûlart (rue du Perche) encore en place.

Grâce à l’action de l’ambassadeur d’Angleterre à Paris, il s’installe à Londres en 1671 avec sa famille française (ses fils travailleront dans son atelier). Il se met au service du roi d’Angleterre Charles II.

A cette époque, les Anglais maîtrisant mal les grands décors de plafonds, les principaux peintres de la cour d’Angleterre sont étrangers. Verrio réalise donc la décoration du château de Windsor, dont seuls trois plafonds ont été conservés. La Glorieuse Révolution en 1688 provoque son éloignement de la cour. Il décore alors les châteaux des aristocrates fidèles à l’ancien roi (Burghley House). Dans les dernières années du XVIIe siècle, il est rappelé à la cour par Guillaume III et réalise un travail considérable au château de Hampton Court avec le décor de l’escalier monumental qui est l’un de ses chefs-d’œuvre. La reine Anne lui accorde une pension. Il meurt en 1709.

L’exposition présentera de manière pratiquement exhaustive les périodes de Lecce et de Toulouse et évoquera la période anglaise par des portraits, des esquisses peintes, des dessins et des gravures représentant les plafonds de Windsor. Les étapes de la restauration du grand tableau du musée des Augustins, Saint Félix de Cantalice sont présentées en détail au sein de l’exposition.
La réalisatrice Gini Barrès a suivi nos recherches dans l’optique d’un film documentaire captivant dont un extrait sera présenté dans l’exposition et qui nous emmènera aussi à Lecce et à Londres.

Le catalogue ainsi que l’exposition résultent d’une collaboration scientifique avec des spécialistes italiens et anglais de l’artiste.

+ Imprimer

design : neo05