Musée des Beaux-Arts de Gaillac [Gaillac, 81]

Exposition : Alixire (archive)

du 3 au 23 juin 2009

Entrée libre

Ce qu’Alixire a mis au cœur de son exposition au Musée des Beaux-Arts de Gaillac, c’est l’interrogation de la relation qu’entretient l’homme avec la nature par les moyens de l’art.

Dès l’entrée, l’espace du parc Foucault, entre nature et artifice, est remodelé. Un fil met en valeur l’originalité organique de chacun des arbres d’une allée, soulignant ainsi par le rouge artificiel, l’indépendance formelle de la nature. Cette installation transforme radicalement la sensation perceptive du spectateur.

Quand il s’agit de la sculpture, le bois (non manufacturé) est son matériau de prédilection. Son inspiration, elle la prend dans la nature même, dans ses agencements secrets et les pièces qu’elle conçoit répondent tantôt par leurs formes organiques, tantôt par leur tentation de l’épure.

La photographie d’Alixire est abordée de différents points de vue. Elle fait néanmoins toujours œuvre.
Vision naturaliste du paysage gaillacois dont le caractère résulte de facteurs humains, elle reste dans la mimesis.
Sa photographie peut également jouer de l’échelle et donner au détail une dimension nouvelle. Le sujet de la photographie devient l’objet de questionnement ou d’émerveillement devant les miracles de la nature.
Enfin, Alixire joue de l’interaction entre l’espace à trois dimensions de l’installation et l’espace à deux dimensions de la photographie ainsi que de la tension entre le sujet photographié (nature) et la nature même du support photographique (artificiel).
Il existe une sorte de consensus de principe qui veut que la photographie rende compte fidèlement du monde. Dans sa dernière installation, Alixire interroge cet a priori en se jouant de la mimesis.

Si l’art actuel travaille la sensation, Alixire est indéniablement de son temps, en créant cette installation vidéo qui dépasse le clivage figuratif/abstrait pour travailler directement sur la perception sensible du spectateur.

De l’intervention in situ à la photographie comme œuvre, Alixire nous montre un constant va-et-vient entre nature et culture. Les deux pôles de sa création procèdent d’une synergie qui enrichit son travail, de saison en saison…

+ Imprimer

design : neo05