Musée des Transports et des Communications [Toulouse, 31]

Exposition : Les premières automobiles et leurs énergies (archive)

du 21 février 2013 au 26 juin 2014

Ouvert tous les jeudis de 10h à 12h et de 14h à 16h, ou sur rendez-vous.
Entrée gratuite

L'exposition est prolongée jusqu'au 26 juin 2014.

La Belle Epoque fut attentive à la naissance des voitures sans chevaux. Les premières étaient mues par la vapeur avec pour principaux constructeurs :
Bollée, Serpollet et pour adepte fervent de Dion. Elles étaient à l’image corrigée du fardier de Cugnot (1769-1770) c'est-à-dire lourdes et très lentes.

A partir de 1885, Daimler et Benz peuvent être considérés comme les inventeurs de l’automobile moderne avec l’emploi du moteur à pétrole à combustion interne.

Une décennie plus tard, de Dion conquis au pétrole, Bouton, son mécanicien, Panhard, Peugeot et Renault contribuèrent à l’essor de l’automobile avec l’exploitation du moteur à explosion à 4 temps (inventions de Lenoir et Beau de Rochas).

Dans le même temps, tandis que les ennemis de la voiture sans chevaux remarquaient déjà la pollution engendrée par les vapeurs du pétrole, se développèrent des automobiles électriques dépendantes de leurs puissantes batteries… à recharger souvent. Des noms bien oubliés ressurgissent du passé : Krieger, Janteaud, Hautier… Les courses et les rivalités des créateurs et des pilotes permettront à Jenatzi sur la « jamais contente » de battre des records électriques à 100 km/h.

Maintenant, les nécessités de lutter contre les effets de la pollution mettent en scène des véhicules hybrides dont l’énergie mixte comprend un moteur à essence et un moteur électrique suffisamment performant pour propulser le véhicule pendant plusieurs kilomètres à condition de pouvoir recharger pendant huit heures.
La capacité à durer dans le temps de l’énergie électrique à l’usage des automobiles a progressé, mais ce n’est pas encore résolue.

Au Musée des Transports et des Communications, l’iconographie est consacrée à ces premiers véhicules qui ont emprunté aux hippomobiles leurs carrosseries.
En 1919, apparaît sur le marché une marque très performante qui s’essaiera avec succès, à l’industrialisation systématique : la production Citroën.
Entre les deux guerres, naissent des véhicules de luxe seulement abordables par l’élite financière. La concurrence, vive, entraine des rachats et des disparitions…
Après 1945, les firmes Renault, Citroën et Volkswagen distribuent des voitures à portée de tous : 4 CV, 2 CV et Coccinelle présentes encore dans nos mémoires et sur la route.

+ Imprimer

design : neo05