Musée du protestantisme, de la Réforme à la laïcité [Ferrières (commune de Fontrieu), 81]

Événement : Le Musée fête ses 50 ans

10 août 2018

Discours d'ouverture des festivités du cinquantenaire à 16h30 et apéritif festif

UN PEU D'HISTOIRE

Le musée de Ferrières est né en 1968 de la volonté des paroisses protestantes et des habitants de la Montagne du Tarn de créer un lieu de conservation du patrimoine culturel, et d'échanges sur les valeurs du protestantisme. Les familles protestantes donnèrent des livres, des revues, des documents ou des objets permettant de mettre en place un embryon de projet. Très vite, les protestants castrais et mazamétains se sont associés à ce projet, lui donnant une dimension départementale.

Il y eut donc le musée dans le château, puis le musée identifié comme « du protestantisme » dans une vieille maison du patrimoine local. On montrait ce qu'était le protestantisme au travers de Bibles, d'objets du culte, de gravures, de documents théologiques... A cette époque est né un attachement particulier à ce projet, et de nombreux bénévoles se sont impliqués, faisant jusqu'à ce jour, l'originalité du fonctionnement du musée.

LA PHASE DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MATURITÉ

L'enrichissement des collections et la vie intellectuelle développée autour du musée ont été créateurs d'un mouvement d'attrait touristique et culturel, fédérant les paroisses, les élus et intellectuels intéressés par un projet patrimonial. Le nouveau musée est né, tel qu'il est aujourd'hui, plus structuré, plus organisé avec un conservateur bénévole, Patrick CABANEL, un comité scientifique, du personnel, des élus et des institutionnels qui le soutiennent, tels que le ministère de la Culture, la communauté de communes, la commune, les conseils régionaux et départementaux, engagés dans son évolution.

Son attractivité a pris de l'ampleur en 2010 avec la construction d’un bâtiment adapté, porté par la Communauté de communes des Vals et Plateaux des Monts de Lacaune qui a fusionné depuis avec celle du Sidobre. Une scénographie renouvelée met en exergue les apports du protestantisme à la longue réflexion des Lumières, qui conduit philosophes et penseurs à la Révolution française, et aux lois de liberté, d'égalité, de fraternité, et à la laïcité. Ce musée joue un rôle crucial dans l'éducation des esprits au respect de l'autre, à partir des leçons tirées des persécutions subies par les protestants. D'où l'évolution de son intitulé, qui est un « concept ». Ce musée n'est pas comme les autres, car il demande un effort d'appropriation, de compréhension, de regard sur ce qu'a été le protestantisme, et ce qu'est aujourd'hui, la société et son rapport aux religions. Au-delà de la muséographie, se sont développés des cafés-patrimoine sur les religions ou les faits religieux, des journées de réflexion sur la laïcité, avec notamment une action de pédagogie auprès des élèves et collégiens, menés par des administrateurs du musée, dans une démarche de qualité reconnue par les institutions républicaine

2018, L'ANNÉE DE L'ÉVOLUTION DE L'EXPOSITION PERMANENTE ET DU DONNÉ A VOIR

Le musée s’enrichit de nouvelles œuvres (telle une gravure du XVIIe siècle représentant les Tables de la Loi, une statuette d’Henri IV enfant, des gravures d’Abraham BOSSE…). La « vitrine des robes » symbolisera l'engagement protestant des femmes (première femme pasteur, robe de déportée d’une femme médecin protestant…) et l’apport des protestants à l’école sera complété dans l’espace qui lui est déjà réservé.

Le Musée, par la mise à disposition de tablettes numériques, permettra, à ceux qui le souhaitent, d'aller plus loin dans la connaissance du protestantisme et des faits religieux ou historiques.

Le thème de cette année « Exils et Refuge, d’hier à aujourd’hui » offrira un panel de manifestations variées (dîners-débats sur « l’étranger » dans la Bible ou les religions, expositions de la CIMADE ou de peintres réfugiés, colloque sur « les enfants cachés » et exposition sur les enfants espagnols ou juifs recueillis et cachés dans la Montagne ou le Tarn, rencontre judaïsme et protestantisme…).

Les journées du « cinquantenaire » les 10, 11 et 12 août 2018 offriront un moment d'échanges autour des religions dans le passé comme dans notre présent (« le musée sera dans le pré » avec des débats, du cinéma, des contes). Une belle surprise, signée par le peintre Claude VIALLAT, vous y attendra !

Enfin, la Société des Amis du Musée* vous permettra de soutenir son action et son rayonnement.

Venez nous rejoindre à Ferrières/Fontrieu tout au long de cette année !

+ Imprimer

design : neo05