Musée du protestantisme, de la Réforme à la laïcité [Ferrières (commune de Fontrieu), 81]

Conférence : "LES MIGRATIONS DANS LE MONDE, POUR LES FEMMES ET LES ENFANTS" PAR CATHERINE VIHTOL DE WENDEN

18 JUILLET 2019 18H00 TEMPLE DE BAFFIGNAC

DANS LE HAUT DU VILLAGE.

Madame WITHOL DE WENDEN est spécialiste des migrations internationales ; elle a notamment publié en 2017 un livre qui s’appelle « Migrations. Une nouvelle donne ».

Née en 1950, elle mène depuis une vingtaine d’années différents travaux et études de terrain, notamment au niveau européen, en étant consultante auprès de l’OCDE, du Conseil de l’Europe, de la Commission Européenne et « expert externe » auprès du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Elle est une militante du droit à l’immigration en France et est membre du Conseil d’Orientation du Cercle de la Licra.

Son ouvrage fait un large panorama de la situation et de la réalité actuelle des migrations dans le monde et sur les politiques qui sont menées. Elle tente d’expliquer les mécanismes complexes des migrations et propose des solutions différentes de celles pratiquées, avec un regard jugé parfois iconoclaste. Ainsi, elle a eu une controverse avec Eric ZEMMOUR suite au propos que ce dernier a tenu dans « On n’est pas couché » sur les migrants, et elle a exprimé son point de vue dans Le Nouvel Observateur, n’hésitant pas à développer l’intérêt qu’ont les migrants pour la France.

Les premiers chapitres de son livre sont consacrés à l’examen mondial, européen, français des migrations, les derniers chapitres développant ce que pourrait être la citoyenneté dans les Etats-Nations, en intégrant la question des migrations. Elle termine en s’interrogeant sur ce que serait un droit à la mobilité dans le monde.

Les migrations internationales concernent 244 millions d’individus, soit 3,5 % de la population mondiale. Elle examine les nombreux facteurs à la source de ces dernières : politiques, environnementaux, liés à l’urbanisation et à la faim ; mais elle considère que nos pays et modes de vie ont une attractivité puissante, sachant que Internet, le développement de transports plus faciles… contribuent à les rendre plus proches. Catherine WIHTOL DE WENDEN estime que la mobilité est une source de développement économique, non seulement pour le pays de départ, mais aussi pour les pays d’accueil, car « la fuite des cerveaux » est profitable à ces derniers. Elle fait le constat que les flux seraient d’autant plus réversibles, que les politiques menées conduiraient à faciliter les allers et retour des personnes. Et elle indique que des pays anciens d’émigration sont devenus, aujourd’hui de manière volontaire ou forcée, des pays d’accueil, tels que le Maroc ou la Turquie.

Madame WIHTOL DE WENDEN analyse ensuite les diverses catégories de migrants : les réfugiés, les déplacés et les demandeurs d’asile. Elle démontre les accrocs qui sont faits au droit d’asile en Europe, et la mise en « apatridie » de populations non régularisées. Elle souligne le renforcement sécuritaire des politiques d’immigration européennes, et le système du « dublinisme », c’est-à-dire le renvoi de l’immigré dans le pays où il est entré en premier, mettant en difficulté des pays tels que la Grèce ou l’Italie, où le rejet de « l’étranger » est massif et entraîne l’approbation de politiques extrémistes à leur encontre. Elle met à nu les politiques d’accords de visas, l’absence d’harmonisation des pratiques du droit d’asile, la construction de murs ou de camps, et le renvoi de la gestion des flux à des pays hors de nos frontières, la Lybie par exemple.

Elle termine son approche sur la question du multiculturalisme en France qui abrite 5 millions de musulmans, et qui s’oppose de fait au mythe de l’homogénéité nationale, la « fameuse identité nationale ». Cet élément devrait nous contraindre à comprendre l’importance des enjeux économiques, éthiques et politiques liés aux migrations, et à anticiper ces mouvements pour construire des réponses adéquates.

Elle analyse les différences entre ce qu’est la citoyenneté et la nationalité, pour montrer que les immigrés sans papiers sont privés de droits et vivent à la marge de ce qui nous gouverne à nous, les citoyens, français par le sang ou par le sol.

Dans un monde où tout est libéralisé et mondial (les marchandises, l’argent, les idées), les deux tiers de la planète sont ostracisés, faute de pouvoir circuler librement dans les autres pays. Elle s’interroge sur un droit à la mobilité, alors que les frontières deviennent un simple point de passage, et que la rétention qui est faite à la circulation, entraîne la mafia des passeurs et la vulnérabilité croissante des migrants : la plupart des immigrés qui arrivent chez nous sont des personnes aisées et éduquées.

Il est indispensable de venir entendre Mme WIHTOL DE WENDEN pour bien comprendre l’écart entre la réalité des migrations et les politiques menées. Il faut connaître les éléments du débat, pour bien débattre et prendre position.

+ Imprimer

design : neo05