Musée du protestantisme, de la Réforme à la laïcité [Ferrières (commune de Fontrieu), 81]

Exposition : Cinquantenaire du Musée les 10, 11, 12 Août 2018 : Claude VIALLAT "emballe le musée"

du 10 au 20 août 2018

Inauguration du cinquantenaire le 10 Août 2018 à 16h30 : discours d'ouverture des journées et présentation de l'exposition de Claude Viallat

Claude VIALLAT est né à Nîmes en 1936, aux marges du pays cévenol et ses « tutoyeurs de Dieu », protestants dont il assume l’héritage et la morale. Il est l’un des fondateurs du mouvement « Supports/Surfaces » qui a jailli dans les années 1970 autour de peintres méridionaux. Il appelle à un renouvellement de l’art par la remise en question des matériaux traditionnels. Claude VIALLAT travaille sur des bâches industrielles sur lesquelles il répète à l’infini une même forme abstraite devenue sa signature. Dupliqué au pochoir sur divers supports, ce motif ouvre une réflexion sur le sens du geste créatif et le statut « d’œuvre d’art ».

« L’idée, c’était la déconstruction du tableau et la réflexion sur le châssis, la toile, l’échange de tensions. En 1966, je me suis tourné vers un système de répétition d’une même forme, posée à égalité avec sa contre-forme ».

« Travailler la peau des choses, la peau vécue, usée, marquée, superposer couleurs sur taches, sur coutures, sur usure, jouer la tache, la couture et l’usure en couleur ».

« Chaque jour, dans son atelier de Nîmes, Claude VIALLAT vient peindre une œuvre et observer le devenir de la couleur posée à plat sur une surface dont il ignore comment elle va réagir… Les assemblages, inattendus, impensables, de certaines couleurs acquièrent soudain la simplicité de l’évidence. Si l’expression « donner à voir » a jamais eu un sens, elle le prend ici tout entier, avec une jubilation communicative… La poésie de la répétition peut prendre de vastes proportions, bâche, tente ou refuge qui couvre le monde entier ».

« Claude VIALLAT se place dans l’histoire du monde, dans cette longue chaîne de l’histoire de l’art, des peuples. De leurs objets universels, aussi. L’arc, le cerceau, le fil à plomb. Là où jouent les tensions, les équilibres, les couplages, il invente des cercles de bois flotté, assemble des baguettes orphelines. Et fait naître des objets fragiles, modestes, intemporels » (Textes issus de la revue Connaissance des Arts).

VENEZ À FERRIÈRES POUR CE CINQUANTENAIRE ET SOYEZ ÉTONNÉS
PAR LA MANIÈRE DONT CLAUDE VIALLAT VA « EMBALLER » NOTRE MUSÉE

+ Imprimer

design : neo05