Musée Georges Labit [Toulouse, 31]

Collection : Antiquités égyptiennes

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Sarcophage

+ Voir toutes les œuvres de la collection

LES ANTIQUITES EGYPTIENNES

En célébrant en 1530, dans une ode aux Jeux Floraux, les splendeurs de l'Égypte qui, « au ciel lève ses pyramides », l'humaniste Jean de Boyssonné nous rappelle que l'Antiquité égyptienne n'était pas ignorée des hommes de la Renaissance à Toulouse. Le poète Pey de Garros, en 1567, placera « Jupiter Ammon » dans les invocations de Lyssandre Lo Grann, tout en exprimant par ailleurs la croyance populaire selon laquelle le peuple qu'osa défier Moïse était présent dans l'environnement familier de ses contemporains : « as-tu trobat Aegiptiaca nada, qui per un so t'aja la man crotzada... ».

Dans les premières décennies du siècle suivant, François Filhol possèdera, parmi ses nombreuses pièces d'Antiquité romaine, des « Divinités égyptiennes ». Les premiers signes du progrès des connaissances apparaîtront en ces mêmes années avec François de Maran, correspondant de Fabri de Pereisc. Le père Guillaume Bonjour, moine augustin, s'affirmera comme le digne successeur des deux chanoines de Saint-Etienne en publiant une étude sur le sens des hiéroglyphes. Plus d'un siècle plus tard, Alexandre Dumège, à la suite de sa rencontre avec Champollion, tentera d'initier le public toulousain à la lecture de ces textes mystérieux...

La production artistique toulousaine nous fournit des éléments précis sur cette prise de conscience au cours du temps : si la Cléopâtre d'Antoine Rivalz, vers 1710, se réfère encore pour l'essentiel à la statuaire romaine, les carnets de croquis de François Cammas, quelques cinquante ans après, manifesteront une curiosité qui aboutira en 1800 chez Bernard Lange à un parallèle significatif entre La Grèce désignant l'Apollon pythien et l'Égypte désignant le figure de Memnon, deux bas-reliefs destinés à la rotonde de Mars au Musée du Louvre. Le Museum provisoire du Midi de la République (Musée de Toulouse), créé en 1793, possédait alors le premier noyau de la collection égyptienne et copte dont le Musée Georges-Labit assure aujourd'hui la conservation.

+ Imprimer

design : neo05