Musée Goya - Musée d'art hispanique [Castres, 81]

Conférence : Du jardin antique au jardin andalou (archive)

jeudi 18 avril 2019 à 18h30

par Jean-Louis Augé, conservateur en chef des musée Goya et Jaurès
musée Goya, musée d'art hispanique
entrée libre

Né à Versailles en 1953, François Malbreil a suivi une formation littéraire avant d’apprendre l’art de l’estampe à l’École des Beaux-Arts de Toulouse auprès de Louis Louvrier. Il fréquente les musées, copie les œuvres et fait son apprentissage d’une peinture résolument figurative à une époque où ce style artistique est loin d’être la tendance dominante. Dans les années 1980, il est un des fondateurs à Toulouse, du groupe Réel Peint et du Collectif Action Peinture. Ses œuvres traitent de sujets d’une grande diversité : paysages, nature, architectures, mais aussi objets du quotidien, personnages dans leur environnement… Plus connu pour ses peintures, nourries de ses voyages lointains du Pôle à Madagascar et des Antilles à la Réunion, Malbreil est également un graveur accompli. Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses galeries d’art et collections publiques dont le musée des Abattoirs de Toulouse.

François Malbreil présente à Castres, dans une exposition associant peintures et gravures, sa réflexion et son cheminement autour de l’Espagne et développe dans les trois salles les thèmes des jardins, des paysages insulaires et des objets insolites, avec pour singularité l’absence de toute figure humaine.
Ses travaux récents proposent dans la première salle ses visions des jardins andalous et en particulier ceux de l’Alhambra à Grenade, de l’Alcazar à Cordoue et celui de la Casa de Pilatos à Séville. Développant dans ses gravures une technique qui lui est propre, Malbreil adopte un rendu « crayonné », rapide et très suggestif, parfois rehaussé à l’huile. Dans la seconde salle, de grands paysages peints inspirés par des séjours à Lanzarote, Ténérife, Gran Canaria et aux Iles Canaries sont un véritable arrêt sur image où le temps ne semble pas avoir de prise.
Enfin, dans la troisième salle, François Malbreil rend hommage aux grands maîtres de la Nature morte espagnole du Siècle d’Or, tels que Zurbarán ou Sánchez Cotán, dont il détourne et réinterprète les œuvres à partir d’objets de notre quotidien.
L’œuvre de François Malbreil est toujours une invitation réussie au voyage immobile, au dépaysement et à la contemplation.

+ Imprimer

design : neo05