Musée Goya - Musée d'art hispanique [Castres, 81]

Exposition : Goya. Il était une fois....les Caprices (archive)

du 28 juin au 8 novembre 2009

Musée Goya
Rue de l'Hôtel de Ville, 81108 CASTRES
www.ville-castres.fr/
Tél.  : 05 63 71 59 27 - Fax : 05 63 71 59 26
goya@ville-castres.fr

Horaires
10h-18h tous les jours en juillet et août
9h–12h et 14h–18h en juin et septembre
9h–12h et 14h–17h en octobre et novembre
10 h les dimanches et jours fériés
Fermé le 14/07 et 1/11 

Tarifs : voir Infos pratiques

La Ville de Castres a le privilège de conserver, au sein des collections hispaniques du musée Goya, les quatre séries gravées de Francisco de Goya : Les Caprices (1796-1799), Les Désastres de la guerre (1810-1815), La Tauromachie (1814-1816) et Les Disparates (1816-1823). Celles-ci jusqu’alors exposées dans le musée ont dû être retirées pour des raisons de conservation. Chaque ensemble va faire l’objet d’une restauration et sera présenté au public lors d’expositions temporaires.

L’année 2009 débute cette programmation avec la série des Caprices, dont trois exemplaires sont conservés par le musée. L’édition présentée dans cette exposition est un troisième tirage d’une qualité exceptionnelle datant de 1868 offert au musée par Jean Lasbordes en 1948 (le treizième et dernier tirage a lieu en 1970).

Ce recueil de 80 planches édité pour la première fois en 1799 par l’artiste lui-même demeure l’un des ensembles gravés les plus célèbres de la fin du XVIIIe siècle. Son succès lui vient à la fois de la critique philosophique des mœurs de la société espagnole de l’époque (scènes de galanterie, d’inquisition) mais aussi des images fantasmagoriques (scènes de sorcellerie) dont Goya se sert pour traduire ses préoccupations, ses angoisses ou encore la pensée de ses amis Ilustrados (intellectuels qui combattent l’obscurantisme en Espagne). Témoignage historique, ses gravures sont aussi une impitoyable dénonciation de la condition humaine.

C’est l’occasion unique pour le public de voir et d’admirer ces gravures du maître aragonais, récemment restaurées et qui, à la fin de cette exposition, retourneront dans les réserves du musée afin d’être conservées dans les meilleures conditions possibles, avant de nouvelles présentations temporaires.

+ Imprimer

design : neo05