Musée Ingres [Montauban, 82]

Collection : La peinture du XIXè siècle

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Etude de nègre - Théodore Chassériau
  • Torse d'homme - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Classiques et Romantiques - Prosper Debia
  • l'Enfance de Bacchus - Jean-Antoine-Raymond Balze
  • Funérailles de Lope Vega - Jean-Paul-Etienne Balze
  • l'Ecueil - Alexandre Desgoffe
  • Etude pour la République - Armand Cambon
  • Portrait de Jean-Marie-Joseph Ingres - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Le songe d'Ossian - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Roger délivrant Angélique - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Portrait de madame Gonse - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Jésus au milieu des docteurs - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Portrait d'un jeune homme à la boucle d'oreille - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Homère déifié : Buste d'Homère et Orphée - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Portrait de Jean-François Gilibert - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Portrait  de Belvèze Foulon - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Galel - Armand Cambon
  • Portrait de Lorenzo Bartolini - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Autoportrait de Raphael - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Le Voeu de Louis XIII, Modello - Jean-Auguste-Dominique Ingres

+ Voir toutes les œuvres de la collection

Bien que leurs provenances soient variées, les collections de peinture du XIXe siècle constituent un fonds cohérent de peinture française, essentiellement centré sur une partie du siècle.
Peintures d’histoire, portraits, paysages et natures mortes sont représentés par les œuvres de seulement quelques peintres montalbanais. Cet ensemble est conforté et renforcé par l’importance des œuvres graphiques qui, en regard des collections de peinture, fournissent une véritable matière pour la connaissance de la peinture française de 1800 à 1860.

Autour de la personnalité d'Ingres sont rassemblées des œuvres du maître, celles de son entourage - son professeur Roques, ses condisciples dans l’atelier de David ou des amis, celles de ses élèves. Aux côtés des peintures originales figurent une somme importante de copies du XIXe siècle d’œuvres de la Renaissance italienne, signées de la main d’Ingres ou de celle de ses élèves. En contrepoint, le musée conserve quelques œuvres de l’école romantique.

Les œuvres d’Ingres

Le musée conserve aujourd’hui trente-huit peintures ou études de la main de Jean-Auguste-Dominique Ingres ou de son atelier, constitué à partir du fonds d’atelier du peintre (legs de 1867). Cet ensemble compte deux œuvres importantes, Le Songe d’Ossian et Jésus parmi les Docteurs, des copies d’après Raphaël, mais aussi des études peintes et des vues d’Italie. Les autres œuvres d’Ingres ont été acquises par la ville (dès 1842 pour le Portrait de Belvèze jusqu’à la plus récente en 1990), ou correspondent à des legs ou des dons: legs Gatteaux (1884), legs Armand Cambon (1885), legs Gustave Cambon (1916), legs Lapauze (1928), don Pomaret (1935), legs Fournier (1937), don Gruger (1949), don Hermant (1974) et des dépôts de l’Etat effectués entre 1951 et 1954.

La richesse de l'ensemble permet de suivre le parcours et la carrière du maître de Montauban.
Ainsi de la période parisienne, avant l’obtention du Prix de Rome, le musée conserve un torse d’homme et deux académies.
Plusieurs portraits évoquent les années 1801-1806, pendant lesquelles le peintre attend son départ pour Rome. Ainsi exerce-t'il son art en peignant le visage d'amis ou de parents. Parmi ces oeuvres figurent le Portrait de Bartolini, le Portrait du père d’Ingres, celui de ses amis Gilibert et Belvèze, le Portrait du jeune homme à la boucle d’oreille. De cette époque date également la copie de la Madone Mackintosh, d’après une version de Bourdon de l’œuvre de Raphaël.
Entre 1811 et 1820, Ingres est à Rome. Il réalise alors des travaux de pensionnaire comme en témoigne l’étude de la tête de Jupiter réalisée pour Jupiter et Thétis. Après avoir quitté la villa Médicis, il exécute de nombreux portraits, qu’ils soient alimentaires ou destinés à des amis (Madame de Lauréal et son fils) et se consacre à la peinture d’histoire grâce à des commandes obtenues par l’intermédiaire de Granet. En témoigne Le Songe d’Ossian qu’Ingres racheta en 1835 lors de son second séjour italien. Il compose de nombreuses scènes historiques, comme Le Duc d’Albe à Sainte-Gudule, et illustre des poèmes comme ceux du Tasse ou de l’Arioste qui lui inspire les premières études consacrées à Roger délivrant Angélique. Il copie également des œuvres de Raphaël ou de Tassi et produit des paysages - œuvres contestées, dont deux sont aujourd’hui attribués à Alexandre Desgoffe. A la fin de cette première période romaine, il termine Jésus remettant à saint Pierre les clefs du Paradis, commande pour l’église de la Trinité-des-Monts.
A Florence, entre 1820 et 1824, il réalise à nouveau des copies des œuvres de Raphaël (Autoportrait et la Madone du Grand Duc). Il entreprend le Vœu de Louis XIII, destiné à la cathédrale de Montauban, œuvre pour laquelle le musée conserve le modello et une étude pour les mains du roi.
De retour à Paris, après le succès remporté au Salon par le Vœu de Louis XIII, Ingres reçoit la commande de l’Apothéose d’Homère pour les nouvelles salles du Louvre et du Martyre de saint Symphorien pour la cathédrale d’Autun. Ces œuvres sont représentées ici par des études : six pour la première composition, et deux pour la seconde.
De la période du second séjour à Rome d’Ingres, le musée conserve une étude pour Antiochus et Stratonice.
La fin de la carrière du peintre est quantitativement moins représentée dans les collections. Celles-ci comprennent cependant des œuvres importantes : Roger délivrant Angélique, acquis par la ville en 1844, le Portrait de Madame Gonse, un des deux portraits datant du Second Empire encore conservés en France, l’esquisse du Portrait de Mme Moitessier assise et Jésus parmi les Docteurs, commandé par la reine Marie-Amélie pour la chapelle du château de Bizy.

Les amis d’Ingres

Autour d'Ingres sont rassemblées des oeuvres réalisées par ses maîtres, faites par son père, Joseph Roques, professeur à Toulouse, puis enfin celle de David.

D'autres œuvres exécutées par la génération précédant celle d’Ingres figurent dans cette collection, peintres par Peyron, Durameau, Taillasson et Garnier.

Les œuvres de ses amis, fréquentés à Rome, comme celles d’Alaux - qui laisse un intéressant témoignage sur l’atelier d’Ingres à Rome en 1818 -, de Louise Sarazin de Belmont ou de l’épouse de Calamatta, entrées pour certains par le legs de 1867. On rattachera à ce groupe celles du montalbanais Prosper Debia, données en 1923, ainsi qu’une œuvre d'un ami de Stürler, L’Education à Sparte par Mussini.

Les élèves d’Ingres

Les collections de peinture du XIXe siècle comprennent un nombre important de tableaux et de copies réalisés par les élèves d’Ingres. Celles-ci proviennent essentiellement du legs de 1867, d’achats de la ville, de dépôts de l’Etat, des legs Gatteaux et Cambon, du don Paul-Cazes.

Autour des deux fonds Cazes et Cambon, on remarque les œuvres de Amaury-Duval (Eugène-Emmanuel Pineu-Duval), Appert, Paul et Jean Antoine Raymond Balze, Bard, Théodore Chassériau, Alexandre Desgoffe, Etex, Hippolyte et Paul Flandrin, Haro, Paul Jourdy, Louis Lamothe, Lehmann, Armand Leleux, Jean Montessuy, Victor Mottez, Pichon, Stürler (voir catalogue de l’exposition de 1999).

Le mouvement romantique

Depuis le legs Michelet en 1899, les collections du musée renferment quelques œuvres romantiques, notamment des paysages de Paul Huet et une Madeleine repentante de Tassaert. A partir de 1951, Daniel Ternois, ancien conservateur du musée, pour offrir un contrepoint aux œuvres d’Ingres, s’est employé à accroître ce fonds en obtenant des dépôts de l’Etat. C’est ainsi que le musée conserve un Vase de fleurs de Delacroix, une Etude de torse de nègre pour le Radeau de la Méduse de Géricault, un Bouquet de fleurs de Couture, ou encore une Femme nue debout de Chassériau.

Les autres collections de peinture du XIXe siècle

Parmi ces collections entrées par le hasard des dons et des dépôts, on distinguera un certain nombre d’œuvres d’inégale qualité de peintres montalbanais, actifs entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle. Citons André Albrespy, Félix Bouisset - qui fut conservateur du musée après la mort de Cambon - , Firmin Bouisset, Louis Cabannes, Louis Cazotte, Gaston Célarié, L. Combes père et fils, B. de Gironde, Lacoste-Rigail, Henri Marre et Henri Nazon.

VOIR ICI les peintures du XIXe siècle du musée accessibles depuis la base Joconde, catalogue collectif des Musées de France, Ministère de la Culture

+ Imprimer

design : neo05