Musée Ingres [Montauban, 82]

Collection : Les collections d'arts décoratifs

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Bouillon à la femme au perroquet -  Manufacture d'Ardus
  • Plat long d’Ardus rose -  Manufacture d'Ardus
  • Bouillon à décor polychrome avec couvercle -  Manufacture d'Ardus
  • Les clefs symboliques de Montauban remises à Napoléon
  • Saupoudreuse -  Manufacture d'Ardus
  • Grand plat à décor Bérain -  Manufacture d'Ardus
  • Bouillon à décor Bérain -  Manufacture d'Ardus
  • Bouillon patronymique à décor de métier -  Manufacture d'Ardus
  • Tu Marcellus Eris (d'après Ingres) - Florence Mezzara (née Koechlin)
  • Ecuelle et couvercle - Atelier Lapierre
  • Plaque -  Manufacture d'Ardus

+ Voir toutes les œuvres de la collection

La céramique

Les céramiques conservées proviennent de plusieurs collections : Société archéologique de Tarn-et-Garonne, achats de Cambon pour le musée des arts décoratifs ouvert en 1877, dépôt de l’Hôpital de Montauban, don Marty.

Le fonds comprend un ensemble important (plus de mille pièces) de carreaux de pavement en terre cuite vernissée provenant des abbayes de Belleperche et de Grandselve. Sur la proposition du chanoine Pottier, alors président de la Société Archéologique de Tarn-et-Garonne, une partie d’entre eux a été scellée dans les dalles de la Salle du Prince Noir.

Armand Cambon, premier directeur du musée Ingres est à l’origine de la constitution des collections de faïences et de porcelaines qui rassemblent plus de huit cent pièces. On y remarque la présence d’un bel ensemble de faïences de Montauban et de sa région dans lequel tous les centres céramiques régionaux sont représentés.
Cette série a été complétée en 1953 par cinquante-deux moules en plâtre ou en terre cuite de la fabrique d’Ardus déposés par l’Etat, puis en 1955 par cent vingt-huit pots à pharmacie conservés jusqu’alors à l’Hôpital de Montauban, dont un spectaculaire pot à thériaque. L’acquisition la plus récente parmi les faïences régionales est une fontaine de Négrepelisse.

En 1974, en faisant don des cent quatre vingt-neuf pièces de sa collection de faïence (dont une vingtaine de provenance régionale), M. Marty, ancien président de l’association des amis du musée, a complété le noyau initial rassemblé par Armand Cambon. Les pièces les plus intéressantes proviennent de grands centres de faïencerie : Marseille, Moustiers, Savone et Strasbourg.

Si l 'essentiel des pièces provient de France, quelques pièces intéressantes ont été ramenées de Chine, du Japon, de Delft, ainsi que d'Italie et d'Espagne (pièces hispano-mauresques).

La collection textile

Cette collection a vraisemblablement été rassemblée par Armand Cambon au moment de la constitution du musée des arts décoratifs. Non inventoriées jusque dans les années cinquante, les pièces ont été identifiées, à la demande de Daniel Ternois, par Robert de Michaux, alors conservateur du musée historique de Tissus à Lyon.

Parmi les plus significatives, on distingue

  • des costumes ou éléments de costumes asiatiques (Chine, Japon dont une armure de samouraï complète) et d’Europe centrale (Turquie, Arménie, Balkans, Caucase, Bulgarie, Roumanie, Albanie, Russie) du XIXe siècle ;
  • des tuniques et vêtements féminins d’Asie mineure des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que des étoles, coussins et tapis de table en soie et coton brodé de fil d’or ;
  • des gilets et jaquettes français du XVIIIe siècle ;
  • un costume de fête féminin breton ;
  • des vêtements sacerdotaux français et italiens des XVIIe et XVIIIe siècles : manipules, dalmatiques, chasubles ;
  • de nombreuses pièces de tissus, brocart, velours, de Gênes, damas, dentelles italiennes du XVIe siècle.

Le musée conserve également une douzaine de tapisseries. Quatre d’entre elles sont d’anciens dépôts de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne et auraient été réalisées en Hollande à la fin du XVIe siècle. Les autres pièces proviennent des manufactures françaises d’Aubusson (quatre) ou des Gobelins (trois dont deux dépôts de l’Etat : L’Apothéose d’Homère d’après Ingres et Le Languedoc ou les villes rouges d’après Desnoyer).
Le mobilier

Le mobilier

Les collections de mobilier comportent environ quatre-vingt pièces. On distingue trois ensembles principaux :

  • le mobilier personnel d’Ingres : fauteuils, bureaux, chaises des époques Directoire, Empire, Second Empire ;
  • la collection d’Armand Cambon entrée au musée par le legs de son frère en 1916 qui comporte des commodes, secrétaires, bureau, chaises d’époque Louis XV et Louis XVI
  • une soixantaine de meubles d’origines diverses provenant de l’ancien palais épiscopal, de l’ancien hôtel de ville et de dons successifs comportant des pièces couvrant la période XVIe-XIXe, essentiellement de fabrication régionale.

Autres collections

Le musée conserve également une petite collection d’objets liée à l’histoire de la ville de Montauban : poids et mesures officiels, plaques d’orfèvres, jetons des pauvres, enseignes, bois d’impression.

Il conserve également un ensemble quantitativement important d’armes (environ deux cent pièces) : pistolets, fusils de chasse, sabres de hussards, couleuvrines du XVIIIe siècle, armes provenant du Tonkin, de la Cochinchine ou du Annam.

+ Imprimer

design : neo05