Musée Ingres [Montauban, 82]

Collection : Les collections graphiques

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Etude pour Le Portrait de Madame Moitessier assise - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Bertin l'aîné - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Cherubini, deux études du buste nu - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Portrait de Jacques-Louis David - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Madame Duvauçay - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Jean-François Gilibert - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Etude pour Le Portrait de la comtesse d’Haussonville (ensemble de la composition) - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Etude pour Le Portrait de la comtesse d’Haussonville (ses bras) - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Etude pour Madeleine Chapelle en robe de mariée - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Etude pour Le Portrait de Pastoret - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Amour (étude pour L'Âge d’or) - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Etude pour Le Portrait de la baronne Betty de Rothschild (sa robe) - Jean-Auguste-Dominique Ingres
  • Centaure ailé jouant de la lyre - Emile-Antoine Bourdelle
  • Centaure ailé poursuivant sa lyre - Emile-Antoine Bourdelle
  • Orphée jouant de la lyre (bis) - Emile-Antoine Bourdelle
  • Ange pleurant - Emile-Antoine Bourdelle
  • Ange portant une statue - Emile-Antoine Bourdelle
  • Ange en vol - Emile-Antoine Bourdelle
  • Le Christ pleuré par les anges - Emile-Antoine Bourdelle
  • La Colombe brisée - Emile-Antoine Bourdelle

+ Voir toutes les œuvres de la collection

Le fonds d'oeuvres graphiques est essentiellement composé des quelques 4507 dessins d'Ingres conservés au musée. Il comprend également cent cartons inédits provenant des collections Ingres, Cambon, Lacroix et Gatteaux, cinquante-trois cartons d’Ingres, les cartons de Cambon, les gravures d’après Ingres ainsi que les dessins et œuvres graphiques du XXe siècle dont le fonds Bourdelle.

Les dessins d’Ingres

Bien qu’ils ne soient exposés que par roulement, les dessins d’Ingres, au nombre de quatre mille cinq cent sept, constituent certainement la plus grande richesse du musée, et justifient pleinement son appellation et sa réputation. Il s’agit du fonds conservé le plus important puisque comparativement le musée du Louvre en possède cent vingt, celui de Bayonne quatre vingt dix, et celui de Cambridge quarante.

Ces dessins, classés successivement par Armand Cambon, Jules Momméja, Daniel Ternois et Georges Vigne, ont été conservés dans de mauvaises conditions. En effet, une grande partie d’entre eux a été présentée pendant plus de soixante-dix ans, subissant les conséquences que l’on connaît bien sur la conservation des œuvres graphiques. Longtemps collés sur des planches, ils sont remontés au fur et à mesure de leur étude et de leur présentation.

Outre leurs qualités esthétiques évidentes, ces dessins - croquis, esquisses ou études très poussées - permettent de comprendre l’ensemble de l’œuvre de l’artiste. Ils soulignent ses qualités de dessinateur, permettent d’appréhender ses techniques d’exécution, la part de collaboration de ses élèves, ses choix et les versions successives des compositions. Ils renseignent également sur la chronologie de son œuvre, sur son activité d’illustrateur ou sur des projets jamais achevés.
Suivant la nomenclature établie par Georges Vigne, on distinguera parmi cet ensemble les compositions historiques, les compositions religieuses, les compositions mythologiques, les tableaux troubadour, les décorations, les frontispices et les illustrations, les compositions projetées, les portraits, les paysages, les figures et les draperies non rattachées à des tableaux et les copies.

Nous vous invitons à feuilleter ICI, le livre "Promenade parmi les dessins d’Ingres conservés au Musée de Montauban".

Vous pouvez également consulter ICI, les fiches des dessins d’Ingres du musée accessibles depuis la base Joconde, catalogue collectif des Musées de France, Ministère de la Culture.

Les cartons inédits

Ils sont au nombre de cent, provenant des collections Ingres, Cambon, Lacroix et Gatteaux. Quelques sondages y ont été réalisés en 1911, 1922 et 1955, ce dont témoignent les étiquettes successives collées sur le plat des portefeuilles.

Les cartons d’Ingres

C’est grâce à la perspicacité d’Armand Cambon, qui avait compris l’intérêt de l’ensemble du fonds d’atelier d’Ingres pour la connaissance et l’analyse de son œuvre, que la totalité de la documentation du peintre fit partie du legs de 1863.
Sur les cinquante-trois cartons provenant du legs d’Ingres, quatorze contenaient primitivement les œuvres du maître (dessins, calques, copies) dans des classeurs à dos cloutés. Ces dessins offrent un éclairage irremplaçable sur son atelier et ses collaborateurs. Les quarante-trois autres cartons, indissociables de ses collections d’antiquités, renferment des « gravures de qualité et d’importance diverses allant de l’image au trait, découpée dans un livre, jusqu’aux superbes planches de Piranèse » qui mettent en lumière l’utilisation des gravures comme documents de travail. Les gravures les plus importantes sont surtout celles faites d’après les œuvres de Poussin, Raphaël ou Andréa del Sarto.

Les cartons de Cambon

Les quatorze portefeuilles provenant de la collection de Cambon ont été étudiés à l’occasion d’une maîtrise effectuée en 1992 par Laurence Cames. Huit d’entre eux contiennent les dessins préparatoires aux œuvres de Cambon, réalisés sur des supports divers.
Les achats destinés au musée parmi lesquels on distingue des feuilles de ou attribuées à Pisanello, David, Hubert Robert, Borromini…sont rassemblées dans deux cartons, l’un consacré aux figures et l’autre aux paysages.

Les gravures d’après Ingres

Outre le recueil des œuvres d’Ingres, gravées par Reveil et publiées par Magimel, le musée conserve une série, sans doute la plus complète connue, des estampes réalisées d’après les œuvres du maître : « Les grandes estampes conservées au musée Ingres dans d’imposants cadres dorés, en partie achetées par la municipalité, en partie données ou léguées par l’artiste, permettent de penser, sinon à une intention délibérée de réaliser une véritable série, du moins à une volonté d’harmoniser les différentes gravures, par le format, la technique et l’esprit. Leurs auteurs sont peu nombreux : Calamatta, Pradier, Richomme, Sudre et Henriquel-Dupont ».

Grâce à un dépôt de l’Etat de 1912, le musée conserve également un bel ensemble des planches gravées au début du XXe siècle par Jean Coraboeuf.

Les dessins et œuvres graphiques du XXe siècle

Parmi les collections graphiques du XXe siècle, on retiendra le fonds Bourdelle (publié en 2001), les dessins de Lucien Andrieu, de Marcel-Lenoir et de François Desnoyer ainsi que ceux de Paulette Ferlin et les dessins et estampes de Dautry.

VOIR ICI les fiches des oeuvres des collections graphiques que le musée a rendu accessibles depuis la base Joconde, catalogue collectif des Musées de France, Ministère de la Culture.

+ Imprimer

design : neo05