Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse [Toulouse, 31]

Collection : Art étrusque

Cliquer sur les vignettes pour agrandir l'image ou accéder à la fiche œuvre

  • Femme coiffée du tutulus ou Turan-Aphrodite ? -  Anonyme

+ Voir toutes les œuvres de la collection

En 1843, le comte Frédéric de Clarac (1777-1847), alors conservateur des sculptures antiques au musée du Louvre, vendit son propre cabinet d’antiquités à la Ville. Il comportait, entre autres, 424 vases étrusques, grecs et italiotes. Si on en croit les inventaires, les premiers étaient peu nombreux, 4 ou 5 vases, identifiables à ce jour. Ils venaient enrichir l’embryon de collection formé par quatre céramiques de bucchero déjà acquises par le musée.
En 1848, Edward Barry (1809-1879) grand collectionneur et professeur d’histoire à la faculté des Lettres de Toulouse, fut envoyé par la Ville à Civitavecchia (Latium) pour acheter des œuvres de la collection de Lucien Bonaparte (1775-1840), prince de Canino, alors mise en vente. Il en ramena onze vases étrusques provenant des nécropoles de Vulci et Cerveteri fouillées sous la direction du frère de l’Empereur.

À ceux-là s’ajoutent 47 céramiques, deux urnes cinéraires et deux couvercles d’urnes déposées par l’État, en 1663, lors de la dispersion dans les musées français d’une partie de la célèbre collection du marquis Giovani Pietro Campana (1808-1880). Celle-ci avait été acquise en Italie par la France, en 1861, sur l’ordre de Napoléon III. La majeure partie des céramiques et des bijoux Campana fut installée au Louvre, mais beaucoup de vases furent distribués dans les collections provinciales. Lors de son voyage en Toscane, mais peut-être dès avant, Edward Barry avait acheté pour sa collection personnelle quelques figurines de bronzes étrusques qui, aujourd’hui, avec d’autres pièces de sa collection, constituent le fonds ancien du musée.

À la petite collection de 23 figurines en bronze (divinités, offrants, guerriers et offrandes animalières) s’ajoutent quelques éléments d’armement, dont un casque en parfait état, des décors de harnachement, dont des mors en forme de chevaux stylisés, un miroir et une situle. Une antéfixe en terre cuite, provenant de Rome, et trois figurines du même matériau complètent ce fonds.

+ Imprimer

design : neo05