Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse [Toulouse, 31]

Danseuse en terre cuite

Collection : La collection en réserves

Danseuse en terre cuite - Anonyme
Artiste
Anonyme
Titre
Danseuse en terre cuite
Chronologie
Datation : Fin IIIe-IIe siècle avant J.-C.

© MSR Toulouse

+ Agrandir l'image

Cette petite danseuse de 19,5 cm de haut est conçue pour être vue de dos, non pas en mouvement, mais dans l'instant qui le précède.
La jambe gauche, non visible, sert de pivot au corps et la jambe droit est légèrement soulevée comme pour un changement d'appui.
La main gauche a saisi l'étoffe de la robe avec grâce, tandis que le bras droit est prêt à amorcer le geste permettant de lancer mouvement de un tourbillon.
Les plis du long chiton sont étalés en éventail. Ce chiton est revêtu de l'himation qui, étalé dans le dos, enveloppe totalement le personnage et la tête, bien serrée dans le capuchon ainsi formé.
La coiffure n'est pas discernable mais on peut observer quelques mèches de la chevelure.
La tête et le pied ont été moulés à part et ajustés.
Quelques restes d'une couleur rose, fragile, sont encore visibles.
La figurine a conservé des empreintes digitales de l'artisan.

Musique et danse, symbolisées par cette statuette, ont de tout temps fait partie de la vie des hommes et plus encore des grecs. La danse totalement voilée, comme ici, renvoie aux rituels en l'honneur de Déméter et Perséphone. Le voile conjure l'impureté corporelle, source du malheur de Perséphone, et rappelle le deuil, celui des deux divinités pour lesquelles le retour sur terre de la fille de Déméter était trop bref.
Provenance : inconnue
Datation : Fin IIIe-IIe siècle avant J.-C.

+ Imprimer

design : neo05