Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse [Toulouse, 31]

Exposition : Une odyssée musicale (archive)

du 5 avril au 15 septembre 2013

du 5 avril au 15 septembre 2013
Horaires :
10h-18h jusqu'en juin,
10h-19h en juillet et août,
10h-18h en septembre

L’exposition "Une odyssée musicale" s’inscrit dans une opération plus large à l’échelle de la ville, manifestation intitulée "De si de la" : instruments en résonance, à laquelle participent de nombreuses institutions culturelles (expositions, concerts, conférences, colloque).

L’exposition est conçue à partir des collections patrimoniales conservées au musée Saint-Raymond, au Muséum d’Histoire Naturelle et au COMDT (Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles), avec des prêts de la Bibliothèque d’étude et du Patrimoine, du musée Paul-Dupuy, musée d’art décoratif et cabinet d’art graphique de Toulouse et d’institutions extérieures à la Ville de Toulouse.
L’exposition sera enrichie par une programmation variée permettant d’approfondir certains thèmes : conférences, concerts, visites, animations, éditions.

Se créer des histoires est une pratique avérée dans nombre de civilisations et à toutes les époques. Outil indispensable à la compréhension du monde, de la vie ou de la mort, les récits mythologiques et les contes ont pu être accompagnés, dès les temps primitifs, de la musique.
Les premières « mélodies » ont été certainement produites tout simplement par la voix, accompagnées d’une rythmique mise en place en tapant dans ses mains ou sur une autre partie du corps.
On retrouve les premières iconographies relatives à la musique sur de nombreuses parois comme celle du petit sorcier de la Grotte des Trois Frères à Montesquieu-Avantès dans l’Ariège. L’existence de la musique au Paléolithique est attestée par la découverte de plusieurs types d’instruments : flûtes, sifflets, rhombes et racleurs.
Les instruments se sont ensuite diversifiés et se retrouvent dans toutes les civilisations regroupés en grandes familles : instruments à cordes (cordophones), à vent (aérophones), percussions (membranophones et idiophones). Cependant, aucune des classifications organologiques (la classification de Sachs et Hornbostel étant la plus répandue et internationalement admise) ne rendait compte des fonctions respectives des instruments de musique et de leur lien aux mythes ou contes. Plutôt que de s’inscrire dans une perspective purement organologique, il a paru préférable de privilégier une approche thématique qui tienne compte des fonctions respectives des instruments de musique, de leur importance rituelle ou symbolique.
Si les instruments de musique ont servi à transmettre des récits, accompagnant la parole du conteur, de nombreux mythes et contes évoquent la musique. L’exposition s’attache en premier lieu à définir ce qu’est un mythe et un conte, ce qui les distingue, comment ils se constituent et se transmettent. Elle met ensuite en lumière le rôle joué par les instruments dans ces récits : tour à tour intercesseurs entre les dieux et les hommes, les morts et les vivants, objets magiques ou objets sacrés.
L’exposition propose aussi une lecture de ces mythes et contes à travers le prisme de l’éducation, de la pédagogie, d’une volonté de comprendre et d’expliquer le monde et la place de l’homme dans ce monde. Elle s’achève sur une présentation de l’archéologie musicale et de quelques exemples de restitutions d’instruments anciens.

De tous temps, en tous lieux, les hommes ont ressenti le besoin de raconter des histoires, pour se divertir, se faire peur, comprendre le monde ou honorer la mémoire des ancêtres…
Les récits, véhiculés par la tradition orale, ont pris des formes diverses : mythes, légendes, épopées ou contes, dans lesquels la musique joue parfois un rôle central.
Des mythes grecs (Orphée, Pan et Syrinx, Apollon et Marsyas) aux contes populaires occitans, en passant par des récits issus des sociétés africaines, amérindiennes ou océaniennes, l’exposition Une odyssée musicale nous convie à un grand voyage à travers les cultures et le temps.
La parole du conteur, de l’aède grec ou du griot africain entraîne l’auditeur dans un monde parallèle, fait de dieux, d’esprits et d’êtres surnaturels. Elle délivre des récits dans lesquels l’instrument de musique, tour à tour objet sacré ou objet magique, intervient dans la relation entre les dieux et les hommes, les morts et les vivants. Tout au long du parcours, le visiteur a le loisir d’écouter les sons des instruments exposés.
Mais comment connaître la musique jouée dans les temps les plus anciens ? Grâce au travail des archéo-musicologues, mais aussi des facteurs d’instruments traditionnels, une partie de ce patrimoine musical renaît à nos oreilles.

+ Imprimer

design : neo05