Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Agrippine la jeune

© © K. Schenck-David. Musée archéologique départemental
Collection
Sculpture antique
Voir la collection
En savoir plus

Les fragments de cette tête colossale en marbre ont été trouvés en 1930 au cours des fouilles du forum nouum dans le portique méridional. Bien qu’aucune position stratigraphique précise n’ait été enregistrée lors de la fouille, il est fort probable que ces fragments gisaient là – avec d’autres morceaux sculptés qui appartenaient pour le moins à deux autres statues colossales –, destinés, sans doute comme le trophée, à être brûlés et transformés en chaux.

Si les avis au sujet de l’identification de cette tête restent partagés, le plus couramment admis est celui de Frédérick Poulsen, spécialiste de l’art du portrait, qui y voyait un portrait d’Agrippine la Jeune, sœur de Caligula, mère de Néron,  quatrième épouse de l’empereur Claude et descendante directe de l’empereur Auguste. A la suite de Fr. Poulsen, Peter Zanker en fit une variante « provinciale » d’un type III dit d’Ancône, bien que la coiffure ne comportât ni les longues mèches parotides ni la première rangée de boucles qui longe chaque oreille, que l’on retrouve sur ce type italien.

Malgré les lacunes qui altèrent cet exceptionnel portrait on reconnaît le visage large et plein, le menton rond et saillant de l’impératrice. Le visage est encadré par quatre rangs de boucles et un bandeau bouclé, roulé derrière les oreilles, qui était probablement noué en catogan sur la nuque. Les trous qui percent les lobes des oreilles étaient destinés à recevoir des pendants.

Que l’arrière de la tête n’ait été que grossièrement piqué et soit plan laisse penser que cette statue colossale, haute sans doute de plus de trois mètres, était adossée à un mur. Il est fort possible qu’il s’agissait d’une statue acrolithe, dont seules les parties apparentes du corps étaient en marbre.

Ce portrait date sans doute des années 50-58, période durant laquelle Agrippine fut impératrice.

 

À découvrir ici
Musée_Archéologique_Départemental

Musée archéologique départemental

Saint-Bertrand-de-Comminges | 31
Dans la même collection
Voir la collection