Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Aux Jardins de l’Infante

© Tous droits réservés
Artiste

Paul Sibra

(10 septembre 1889 Castelnaudary - 1951)
L’artiste
Chronologie
1927
Technique
H.S.T
Dimensions
70 x 60 cm
Statut administratif
Don
Numéro d’inventaire
19.6.133
Collection
Fonds Sibra
Voir la collection
En savoir plus

Cette toile pourrait par son titre se rapprocher d’un genre plus noble. Les jardins de l’Infante, nom d’un parterre jardiné situé en avant de la Cour carré du Louvre, côté Seine, rappellent la figure de Marie-Anne-Victoire d’Espagne, puînée de la Cour, promise et fiancée à l’âge de 3 ans au roi Louis XV. La jeune enfant logea au Louvre de 1722 à 1725. Marie Leszczynska préférée, l’Infante repartit finalement en Espagne et épousa plus tard le roi du Portugal.

L’image proposée par Sibra semble nous ramener à une autre réalité. Dans l’allée sinueuse d’un jardin imaginaire, une jeune enfant vue de dos dans sa robe bleue fait face à une puissante statue d’Hercule dont le socle massif interrompt inopinément sa marche. Les contrastes colorés et les grands aplats renforcent l’opposition frontale.

Le sujet renvoie certes à l’arbitraire des mariages princiers d’Ancien Régime. Il nous ramène bien plus sûrement, comme dans Le Coche en avance, à la situation personnelle du peintre, bientôt fiancé et marié à sa jeune cousine toulousaine. Le jouet que tire l’enfant, une petite voiture à cheval, crée un lien évident entre les deux toiles qui évoquent symboliquement les pensées profondes du peintre.

Après 1928, l’artiste marié cesse d’inventer de nouvelles images et abandonne peu à peu le genre.

À découvrir ici

Dans la même collection

Voir la collection