Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Bacchus adolescent

Bacchus adolescent © Tous droits réservés
Artiste

Anonyme

Chronologie
IIe ou IIIe siècle
Technique
marbre
Numéro d’inventaire
Ra 134-137
Collection
Sculptures antiques de Chiragan
Voir la collection
En savoir plus

Bacchus adolescent : statuette en marbre découverte sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne)

Cette statuette représente le jeune dieu Bacchus, le Dionysos des Grecs. Elle s’inspire du style de Praxitèle, le célèbre sculpteur grec du IVe siècle avant notre ère.

Les longs cheveux sont retenus, au-dessus du front, par la mitra, une bandelette qui faisait office de diadème et symbolisait la royauté chez les souverains grecs orientaux. Le bras droit devait tenir une grappe de raisin ou bien un récipient à verser, symbolisant le vin que le dieu avait apporté d’Orient en Occident. La branche contre laquelle le jeune homme se tient laisse supposer que cette statuette appartenait à un groupe qui constituait un élément de mobilier, peut-être un support de table. On peut imaginer alors Bacchus accompagné d’un autre personnage, Ariane, Silène ou encore un satyre, tel qu’il est représenté sur plusieurs œuvres antiques, dont un pied de table du musée d’Athènes.

Tout dans l’attitude du personnage rappelle l’art de Praxitèle, très apprécié et qui a inspiré nombre de sculpteurs. La mollesse de la musculature, l’aspect androgyne tant du visage que du corps, les proportions réduites du bassin et le sexe enfantin replacent cependant cette œuvre dans l’art romain hellénisant qui se développe à partir de la seconde moitié du IIe siècle.
Cet aspect voluptueux ainsi que l’ambiguïté sexuelle qui en découle témoignent d’un certain goût pour les figures masculines efféminées et très jeunes.

À découvrir ici
Musée Saint-Raymond, Musée archéologique

Musée Saint-Raymond

Toulouse | 31
Dans la même collection
Voir la collection