Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Cavalier arabe

© Tous droits réservés
Artiste

Edouard Debat-Ponsan

(1847 Toulouse - 1913 Paris)
L’artiste
Chronologie
vers 1882-1883
Technique
huile sur toile
Dimensions
150 x 196 cm
Statut administratif
Don des Mécènes du Pays de Cocagne
Numéro d’inventaire
11.12
Collection
Peinture et arts graphiques XVIIe-XIXe siècle : école régionale
Voir la collection
En savoir plus

Vers 1882-1883, Édouard Debat-Ponsan part pour Istanbul, accompagné de ses deux beaux-frères, Jules-Arsène Garnier et Henri-Eugène Delacroix. Ce déplacement correspond vraisemblablement à la commande, par la ville de Copenhague, d’un grand panorama de la "Perle du Bosphore". Cet immense paysage panoramique (non localisé à ce jour), se composait de trois papiers peints à l’huile, deux panneaux en arc de cercle et un diorama de plus petite taille. Le tout occupait une surface de plusieurs milliers de m2. La commande aurait été passé à Jules Garnier qui réunit autour de lui une équipe mixte de quatre français -parmi lesquels ses beaux-frères Debat-Ponsan et Delacroix- et dix danois.

Du voyage turc, Debat-Ponsan ramène une série d’esquisses peintes, études pour le panorama et souvenirs de voyage destinés aux proches.

La finition et le format de certaines toiles indiquent que le peintre a produit quelques scènes orientales après le séjour stambouliote, au Danemark, ou plus vraisemblablement dans l’atelier parisien. Notamment, le beau "Cavalier arabe" peint sur une grande toile. L’image du cavalier qui brandit son fusil, monté sur son petit cheval nerveux, lui-même en équilibre sur un rocher, tient plus de la reconstitution ou de l’invention pure que la reconstitution d’une scène vécue (un petit dessin préparatoire sur un carnet " parisien " corrobore cette impression).

À découvrir ici

Dans la même collection

Voir la collection