Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Christ en croix, Abbaye de Bonnecombe

Christ en croix, Abbaye de Bonnecombe © Tous droits réservés
Artiste

Anonyme

Chronologie
Première moitié du XVIe siècle
Technique
Bois polychrome
Dimensions
61cm x 35cm x 26cm
Collection
XVIe-XVIIe siècle
Voir la collection
En savoir plus

Ce buste est le seul vestige d’une Crucifixion qui ornait le réfectoire de l’Abbaye de Bonnecombe, monastère cistercien situé à une quinzaine de kilomètres au sud de Rodez. Fondée au XIIe siècle et placée sous la protection des comtes et des évêques de Rodez, l’abbaye possède de nombreux biens qui assurent sa prospérité.
D’après la tradition, c’est Paul de Carret, évêque de Cahors et abbé de Bonnecombe entre 1526 et 1555, qui donna ce Christ en Croix. Lorsque l’abbaye est abandonnée par les moines en 1792, le bâtiment sert de carrière et c’est un habitant du pays qui sauve le Christ de la destruction.

La finition des détails permet d’apprécier le talent de l’artiste : le bord des paupières est dessiné par du brun et du rouge ; le coin de l’œil est marqué par une touche de rose ; le dessous des yeux est souligné par des cernes obtenues en mélangeant des pigments bleus au beige de la peau. Il en va de même pour le relief des côtes. L’intérieur de la bouche est peint en rouge mat ; la plaie du flanc est colorée de rouge translucide ; les gouttes de sang sur la tempe sont dessinées avec de la peinture rouge recouverte de glacis translucide rouge.

Tel qu’il se présente aujourd’hui, ce Christ crucifié touche profondément le spectateur par son expression de douleur intense, accentuée par la bouche ouverte. Loin d’être l’image d’une divinité inspirant la crainte, il est celle d’un être humain dont la souffrance profonde est lisible sur les traits du visage, dans l’abandon du cou aux ligaments tirés par le poids de la tête, sur le corps éprouvé dont on devine le souffle soulevant difficilement la cage thoracique. Chacun peut se reconnaître dans ce personnage et y projeter sa propre peur de la mort et de l’agonie.

C’est là véritablement une œuvre de la Renaissance, période où l’homme passe au centre des préoccupations et où les modèles antiques inspirent la représentation réaliste des corps.
On ne connaît malheureusement pas l’auteur de ce chef-d’œuvre, sinon qu’il s’agirait d’un grand maître italien du XVIe siècle. Sa figure expressive a frappé tous ceux qui l’ont vue, et parmi eux André Malraux l’a reproduite dans l’un de ses ouvrages consacrés à l’art.

À découvrir ici
Musée Fenaille

Musée Fenaille

Rodez | 12
Dans la même collection
Voir la collection