Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Administration des musées
Fiche Œuvre

Grotte de Conduché – Planche 29

Grotte de Conduché – Planche 29 © Tous droits réservés
Artiste

Cyprien-Antoine Calmon

(1837 Creysse - 1901 Cahors)
L’artiste
Chronologie
1887
Technique
Lithographie
Dimensions
31,9 x 24,5 cm
Numéro d’inventaire
2008.0.1.188
Collection
Archéologie paléolithique et néolithique
Voir la collection
En savoir plus

En 1887, Félix Bergougnoux, percepteur à Saint-Géry et archéologue amateur, publia Les Temps préhistoriques en Quercy en 1887, présentant les résultats de ses fouilles.

Cyprien Antoine Calmon a réalisé les dessins de l’ouvrage, le lithographe était Castanet, l’éditeur J.B. Pignières, 17 rue du Château du Roi à Cahors.

"Au mois de juin 1869, je découvris, en suivant la route qui dessert la vallée du Célé, une vaste grotte qui me parut n’avoir jamais été fouillée. Elle est située à onze cents mètres environ du confluent du Célé et du Lot, au milieu de rochers gigantesques dominant la route, et dont l’aspect grandiose contraste énergiquement avec le gracieux tableau de la plaine fertile qui leur sert de cadre.
Je lui ai donné le nom de : grotte de Conduché. L’accès en est difficile, mais l’entrée se présente large et bien éclairée; sa profondeur est d’environ trente mètre sur huit de haut.
Le sol est couvert d’une forte couche de terre et de débris calcaires détachés du plafond de la voûte.
Je me décidais à y opérer, dès le lendemain, des fouilles complètes et méthodiques; elles donnèrent les résultats suivants :
Près de l’ouverture, dans la partie la plus éclairée, je rencontrai d’abord quelques dents de renne et des os brisés, puis, un certain nombre de silex assez bien taillés, des éclats et des nucléi, indiquant que les ouvriers de la grotte avaient dû s’établir, de préférence, sur ce point qui constituait une sorte de belvédère d’où l’on dominait la vallée" (Félix Bergougnoux).

Cette oeuvre n’est pas exposée de façon permanente.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection