Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est le réseau des professionnels de musées d'Occitanie. L'Association regroupe les professionnels des musées et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus de 200 professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent Administration des musées
Fiche Œuvre

Heureuse république

Heureuse république © Tous droits réservés
Artiste

Isoré

L’artiste
Chronologie
27/05/1882
Technique
Gravure
Dimensions
27,6 x 38,7 cm
Numéro d’inventaire
G.GC.5.1882.58
Collection
Collection Gambetta
Voir la collection
En savoir plus

Cette caricature a paru dans le journal La Halle aux Charges n°19.

Au premier plan, Léon Gambetta tombe la tête la première dans un baril de vinaigre d’Orléans sur lequel est aussi inscrit "Impôt sur les boissons". Le maroquin symbolisant sa fonction ministérielle et où est inscrit "Finances" vole ainsi qu’un objet de forme ronde, sorte de transcription visuelle de la "Carte circulaire". Gambettan, en tombant, semble lâcher, voire perdre, ces deux deux éléments importants. Par ce mouvement, il reverse un verre posé sur un meuble à gauche de l’affiche. En arrière-plan, entre le meuble et le baril se trouve un train dont la fumée qui s’échappe indique "Pot de vin". A droite du baril se trouve un coq.
Sous la caricature il est précisé que "Léon II [préfère] boire le calice jusqu’à la IIe que de manquer à ses engagements".

Gambetta, lorsqu’il était encore Président de la Commission du Budget, présenta un projet de nationalisation des chemins de fer. Se heurtant à un mur de protestations, le projet avorta. Quant il prit sa place de Chef de Gouvernement, il renouvela sa volonté ce qui conduisit, en 1881, Charles de Freycinet et Léon Say à refuser tous les deux une place au sein de son ministère. En effet, Léon Say s’inquiétait de la formule financière du projet. Pour Léon Gambetta, il avait pour premier projet de nationaliser la Compagnie d’Orléans afin d’obliger les grands capitalistes de l’époque à soutenir la conversion de la rente d’État. Finalement le projet fit perdre une partie de sa crédibilité à Gambetta et fut une des motivations pour ses détracteurs de l’évincer du gouvernement.
Il faudra attendre le 1er janvier 1938 pour que les six grandes compagnies privées (Compagnie d’Orléans, Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée, Compagnie du Midi, Compagnie du Nord, Compagnie de l’Est, Compagnie de l’Ouest) fusionnent et deviennent la Société Nationale des Chemins de fer Français (SNCF).

Cette œuvre n’est pas présente de façon permanente.

À découvrir ici

Musée Henri-Martin

Cahors | 46
Dans la même collection
Voir la collection