Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Inconnue

Inconnue © Tous droits réservés
Artiste

Anonyme

Chronologie
Vers 390-420
Technique
marbre
Numéro d’inventaire
Ra 82
Collection
Sculptures antiques de Chiragan
Voir la collection
En savoir plus

Tête en marbre d’une inconnue découverte sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne)

La modernité des volumes de cette tête exceptionnelle a, depuis toujours, forcé l’admiration.

La coiffure de ce portrait n’a pas d’équivalent connu.
Les cheveux, très longs, sont ramenés sur la nuque en couvrant les tempes et les oreilles. Presque toute la chevelure est enfermée dans un voile, probablement épais car ni les mèches, ni les tresses ne sont visibles à travers le tissu. Ce voile semble plus fin à l’avant, au-dessus du front, où il laisse deviner la raie médiane. Sous les oreilles, une petite mèche rebelle apparaît. Cette coiffure volumineuse est asymétrique, déportée vers la gauche. Le regard, très particulier, nous empêche d’entrer en réelle communication avec ce personnage à l’aspect sévère et presque dédaigneux, qui semble tourné vers son monde intérieur. Les pommettes et le menton sont saillants et se détachent sur la forme ovale du visage. Les yeux cernés, les paupières lourdes et les traits marqués encadrant la bouche donnent l’impression d’une femme d’âge mur. Néanmoins, la stylisation de ce portrait est forte, surtout au niveau des arcades sourcilières et du nez.

Ce mélange de réalisme et d’abstraction renvoie aussi bien au portrait romain traditionnel qu’au style oriental byzantin.
L’Empire romain est définitivement divisé en deux après la mort de l’empereur Théodose en 395. Mais alors que l’Empire romain d’Occident connaît une fin rapide, l’Empire romain d’Orient survit encore près de onze siècles, sous l’autorité de Byzance. Le portrait de Chiragan a peut-être été élaboré en Occident par un sculpteur d’origine orientale ou en Orient.
Doit-on y reconnaître une impératrice ou une fille d’empereur ? Certains y verraient bien Galla Placidia, fille de l’empereur Théodose. Elle avait été enlevée à Rome par les Goths et mariée à Narbonne à leur roi, Athaulf. Mais rien, à ce jour, ne permet de conforter cette hypothèse.

Cette œuvre conserve donc encore son mystère mais elle nous livre une information précieuse : la villa de Chiragan est toujours occupée à cette période par des personnes capables d’acquérir des œuvres aussi prestigieuses.

À découvrir ici
Musée Saint-Raymond, Musée archéologique

Musée Saint-Raymond

Toulouse | 31
Dans la même collection
Voir la collection