Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Intérieur de la mosquée de Cordoue

Intérieur de la mosquée de Cordoue © Tous droits réservés
Artiste

Adrien Dauzats

(1804 Bordeaux - 1868 Paris)
L’artiste
Chronologie
vers 1860
Technique
Huile sur bois constrecollé
Dimensions
H. 0,62 m ; L. 0,46 m
Statut administratif
Achat Ville avec participation du FRAM (Etat + Région) et de l'Association des Amis des musées de Castres
Numéro d’inventaire
89-3-1
Collection
Peinture française
Voir la collection
En savoir plus

D’après Ghislaine Plessier, il existe quatre tableaux sur bois de Dauzats de petites dimensions représentant le même sujet. Celui du Musée Goya de Castres est très proche de celui du Musée de Blois : il montre l’enfilade de la nef qui se perd dans l’ombre jusqu’au mihrab, éclairé au fond, en donnant une impression de grande profondeur. Par rapport à celui du Musée de Blois, il donne plus d’importance à la niche monumentale et à l’angle du chœur orné de motifs plateresques et aux arcades de gauche. Ces quatre tableaux sont tous animés par de nombreux personnages aux vêtements caractéristiques, grands châles pour les femmes, capes pour les hommes, que l’on retrouve dans des positions différentes, en plus ou moins grand nombre d’une composition à l’autre et pour lesquels Ghislaine Plessier a retrouvé deux dessins préparatoires au Musée de Rouen. Dauzats montre ses qualités de coloriste dans le contraste entre un premier plan bien éclairé où domine une lumière blonde et les tons ocres et un deuxième plan plus sombre mais en harmonie avec les tons du premier plan. D’après Ghislaine Plessier : « A cause du support, un panneau contre-collé, procédé cher et nouveau à l’époque, de la fine couche de peinture et du vernis, ainsi que de la signature en minuscules, nous pensons que cette œuvre a pu être exécutée dans la dernière décennie de la vie de Dauzats, c’est-à-dire entre 1858 et 1868. »
(J.L. Augé, 1992)

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection