Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Jeune femme

Jeune femme © Tous droits réservés
Artiste

Anonyme

Chronologie
Vers 120-130
Technique
marbre
Numéro d’inventaire
Ra 77
Collection
Sculptures antiques de Chiragan
Voir la collection
En savoir plus

Buste en marbre d’une jeune femme découvert sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne)

Ce portrait est très délicat et d’une grande qualité.
Il appartient à un ensemble d’effigies privées que l’on peut situer à l’époque de l’empereur Hadrien.

Les yeux lisses permettent de dater cette œuvre avant 130, les incisions de l’iris et de la pupille n’apparaissant pas avant cette date. La coiffure est également typique : une « couronne » capillaire, qui rappelle un turban, est formée d’un ensemble de nattes superposées, laissant apparaître la partie supérieure du crâne. La forme donnée à la partie circonscrivant le crâne, rappelant un nid d’oiseau, est semblable à celle que l’on voit sur certains portraits de Sabine, épouse d’Hadrien. Elle se retrouve, par assimilation, dans de nombreuses effigies privées de l’époque.
C’est en effet l’impératrice qui donne le ton et l’esprit de la mode capillaire.

La monnaie joue en ce domaine un rôle bien évidemment majeur, diffusant sur les avers l’image de l’épouse de l’empereur comme celle de certaines princesses du palais. La grande sophistication des coiffures, sans que nous ne puissions cependant l’affirmer pour ce portrait, permet d’imaginer l’utilisation fréquente de postiches, aide précieuse dans l’élaboration quotidienne de la parure, réalisée par une esclave dédiée, l’ornatrix.

Le buste est coupé très bas et laisse apparaître la poitrine menue de cette très jeune femme. Le manteau (palla) est rabattu sur une tunique (stola), maintenue à la base du cou et probablement en lin, dont on perçoit la qualité de la fibre.

À découvrir ici
Musée Saint-Raymond, Musée archéologique

Musée Saint-Raymond

Toulouse | 31
Dans la même collection
Voir la collection