Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

La Vierge au chapelet

La Vierge au chapelet © Tous droits réservés
Artiste

Bartolomé Estebán Murillo

(1617 Séville - 1682 Séville)
L’artiste
Chronologie
vers 1650
Technique
Huile sur toile
Dimensions
H. 1,663 m ; L. 1,233 m
Statut administratif
Dépôt musée du Louvre, 1949
Numéro d’inventaire
D 49-3-1
Collection
Peinture hispanique
Voir la collection
En savoir plus

Murillo, qualifié de " peintre de la douceur ", est l’auteur de grands chefs-d’oeuvre du baroque. Très marqué par le ténébrisme, le style de Murillo va évoluer, grâce à la connaissance des modèles vénitiens et flamands, vers des compositions plus souples, plus légères, à la lumière diffuse, aux coloris de plus en plus riches.

Une vingtaine de Vierges à l’enfant jalonnent la carrière du peintre sévillan. La Vierge et l’Enfant dite La Vierge au chapelet de Castres, dépôt du musée du Louvre de 1949, apparaît comme l’une des premières de la série. Ici, la Vierge adopte les traits d’une jeune sévillane au regard songeur et au magnifique vêtement ample où se combinent les tonalités chaudes et froides : un châle blanc liseré de vert et d’orange est posé sur ses épaules, l’ample drapé bleu est encadré à terre par l’orange et le rouge de la robe. Ces couleurs vives moirées par des tâches d’ombres se détachent superbement sur le fond obscur ; tout est mis en oeuvre pour magnifier la beauté féminine et la grâce enfantine.
L’Enfant Jésus est enveloppé d’un linge blanc, ses épaules nues accentuent la douceur de l’enfance. Tendrement appuyé sur le sein de sa mère, il semble jouer avec le chapelet dont il a séparé onze grains. L’oeuvre entière donne un sentiment de tendre sérénité et de recueillement. Interprète, comme Zurbarán, de la ferveur religieuse de son temps, Murillo par son style personnel donne à cette représentation religieuse une dimension humaine profonde, quotidienne et transcendante.
(E. Hamon, 2002)

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection