Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Les Ruines de Tusculum

Les Ruines de Tusculum © Tous droits réservés
Artiste

Charles Joseph Lecointe

(1824 Paris - 1886 Asnières)
L’artiste
Chronologie
1853
Technique
Huile sur toile
Dimensions
1,12 m ; 1,61 m
Statut administratif
Dépôt de l'Etat en 1855
Numéro d’inventaire
D 855-1-1
Collection
Peinture française
Voir la collection
En savoir plus

Elève d’Edouard François Picot (Paris, 1786 – id. 1868) et de Théodore d’Aligny (Chaumes, 1798 – Lyon, 1871), Charles Lecointe, peintre paysagiste, obtient le grand prix de Rome en 1849 dans la catégorie Paysage historique, en présentant la Mort de Milon de Crotone.
C’est lors de son séjour en Italie qu’il réalise les Ruines de Tusculum. Le tableau représente une vue de l’ancienne ville romaine Tusculum, située dans la province de Rome. Selon la tradition la ville a été fondé par Télégone, le fils d’Ulysse et de Circé. A la fin de la République et encore plus sous l’Empire, le territoire de Tusculum est un des lieux de résidences favoris des romains fortunés. Ce qui explique les nombreuses ruines encore visibles de nos jours.
Le paysage peint ici par l’artiste montre plus précisément les ruines de son théâtre antique, situé sur une colline. Fouillé en 1839, ce théâtre est le mieux conservé de toute l’Italie, après celui de Pompéi. Il a été bâti vers la fin de la République romaine et était construit en pierre locale enduite de plâtre et peinte.
L’artiste représente un paysage où la végétation s’est emparée du lieu, la nature a repris ses droits, seuls des vestiges de gradins et de colonnes témoignent de l’activité humaine qui l’a par le passé animé. La présence d’un berger jouant de la flûte accompagné de son troupeau de chèvres, donne une note bucolique à l’ensemble.
Un sentiment de sérénité et d’immensité se dégage de ce tableau, le traitement subtil du ciel et du paysage en arrière plan dans les tons bleutés, n’y sont sans doute pas étrangers.

C. Berthoumieu, 2010

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection