Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Administration des musées
Fiche Œuvre

Oeil de Léon Gambetta

Oeil de Léon Gambetta © Tous droits réservés
Chronologie
1867
Numéro d’inventaire
Ca.5.115
Collection
Collection Gambetta
Voir la collection
En savoir plus

Oeil conservé dans un flacon de verre incolore bouché à l’émeri.

Dans son enfance, Léon Gambetta eut l’œil crevé à la suite d’un accident chez un artisan. Il garda cet œil mort pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’il s’infecte et menace de rendre aveugle le jeune homme. Voici la lettre qu’il écrivit à son père après son opération :

« Mon cher père,
Depuis deux mois, voici le premier jour où je reçois la permission d’écrire quelques lignes; je n’ai pas voulu te mettre au courant de ma situation avant d’avoir des résultats certains à t’annoncer. Je vais tâcher d’être court. J’ai été très malade des deux yeux; mon oeil malade s’était décomposé et exerçait une influence très nuisible sur le bon; après m’être très sérieusement consulté, grâce à mon excellent ami, le docteur Fieuzal, j’ai été mis en rapport avec un éminent oculiste, le docteur de Wecker, qui m’a extirpé l’oeil droit et me remettra un oeil artificiel, que j’ai déjà essayé et qui me va au point de faire illusion. Je serai donc, à l’avenir, à l’abri de toute maladie et mon oeil gauche conservera toute sa force.
Mais je suis condamné au repos le plus absolu encore pour un grand mois; tu dois comprendre qu’en cet état, privé de travail à l’époque la plus laborieuse de l’année, mes ressources s’épuisent rapidement. J’ai à faire face à toutes mes dépenses ordinaires et, à cause de l’Exposition, la vie est hors de prix; en outre, mon oeil artificiel, dont il faut faire un modèle, me coûtera à peu près neuf cents francs ; sans compter un cadeau considérable que je serai dans l’obligation de faire à mon docteur, qui ne veut pas d’argent. Tout cela me fait une position assez critique et j’ai bien besoin qu’on me vienne en aide. En outre, le régime que je suis et qui exclut les pâtes, les légumes secs et ordonne la viande noire et le vin seulement, me cause un surcroît de dépenses. Tu apprécieras ma situation à merveille et tu verras ce que tu peux faire pour moi.
L’important, c’est que tout a très bien réussi : ma blessure est en état de parfaite cicatrisation ; dans huit à dix jours, je pourrai mettre mon oeil artificiel quelques heures par jour, et dans un mois, je serai guéri complètement et méconnaissable.
Quand ma mère et ma soeur pourront m’embrasser, je serai absolument changé, même pour leurs excellents yeux.
J’ai reçu, pendant ma maladie, la visite sympathique de tous mes amis et j’ai eu un grand soulagement de compter dans Paris, parmi les plus grands personnages, les plus solides amitiés. Je vous embrasse tous du fond du coeur.
Léon Gambetta, 1867 »

Cet objet n’est pas présenté de façon permanente.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection