Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Administration des musées
Fiche Œuvre

Sans Titre

Sans Titre © Tous droits réservés
Artiste

B. Moloch (Alphonse Colomb)

(1849 Paris - 1909 Bagneux)
L’artiste
Chronologie
XIXe siècle
Technique
Lithographie en couleur
Dimensions
30,9 x 22,4 cm
Numéro d’inventaire
2015.0.1.45
Collection
Collection Gambetta
Voir la collection
En savoir plus

Dessin satirique qui montre en arrière-plan le Général Auguste-Alexandre Ducrot acclamé par un homme qui lui fait face (un soldat si l’on en croit son uniforme). Un troisième homme lui pose la main sur l’épaule et se cache les yeux de la main, l’air un peu consterné. En effet, grâce à la légende nous pouvons mieux situé dans quel contexte a été produite cette caricature. Elle dit ceci : « Le brave Ducrot nous revient, c’est qu’il est victorieux. Vive le vaillant Champion de la République ! », « Tais toi ami, le malheureux a été vaincu ; il n’a pas du survivre à sa défaite. C’est son ombre que tu vois là !.. ».

Les termes de défaite et de défense de la République nous amènent à supposer que ce dessin a été réalisé en réaction à la défaite de la bataille de Champigny du 2 décembre 1871. Il s’agissait là de la principale tentative de sortie des armées de la Défense Nationale pour libérer Paris assiégée par les forces armées prussiennes.

Le contexte historique plus général est le suivant : au moment de la bataille de Sedan le 1er septembre 1870, le Général Ducrot est fait commandant en lieu et place de Mac-Mahon, blessé lors de précédents affrontements. Néanmoins il est obligé de s’effacer devant le Général de Wimpffen, plus ancien en grade et muni d’un ordre du ministre le désignant comme remplaçant de Mac-Mahon. C’est cette succession de commandants en chef qui est à l’origine de nombreux ordres, contre-ordres et problèmes de stratégies, expliquant la défaite de Sedan le 2 septembre. Ducrot est fait prisonnier mais s’échappe et parvient à rejoindre les troupes françaises autour de la capitale.
En effet, entre temps l’annonce de la captivité de l’empereur Napoléon III a atteint Paris et la République a été proclamé le 4 septembre 1870. Néanmoins la capitale est assiégée par les troupes prussiennes. Ce même jour est créé le Gouvernement de la Défense nationale, sous l’égide du Général Trochu, dont le siège sera à Tours. Plusieurs opérations ont lieu entre le 4 septembre et le 2 décembre 1870, jour de la bataille de Champigny, pour reprendre le contrôle de certaines villes et pour percer les lignes prussiennes. Cependant, lors de cette bataille qui s’étend sur plusieurs jours, les troupes du général n’arrivent pas à déloger les Prussiens, qui de leur côté échouent dans leur contre-attaque. Ducrot finira par ordonner le retrait de ses troupes. Après la défaite de l’armée française peu de temps après à Orléans, Ducrot convainc le Général Trochu et Jules Favre, ministre des affaires étrangères, à entamer les pourparlers de paix avec la Prusse. Le traité de paix préliminaire franco-prussien sera signé le 26 février 1871 à Versailles.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection