Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Sarcophage dit de Saint-Alain

Sarcophage dit de Saint-Alain © Tous droits réservés
Artiste

Anonyme

Chronologie
VI-VIIe siècles
Dimensions
2,21 x0, 95 x 0,53 m
Numéro d’inventaire
96.05.03.A
Collection
Autour de la cathédrale Saint-Alain
Voir la collection
En savoir plus

Historique

La pièce est repérée pour la première fois en 1867 dans une dépendance des cuisines de l’hôpital de Lavaur, où elle servait de saloir.
Alerté de cette découverte, le conseil municipal de Lavaur vote à deux reprises en 1870 et 1876 une somme de 100F pour le nettoyage et le remplacement du sarcophage par une auge.

L’objet est classé au titre des Monuments historiques en 1908, puis transporté dans la chapelle Saint Christophe de la cathédrale Saint-Alain de Lavaur au début de l’année 1939. C’est la consécration pour ce sarcophage, qui, depuis 60 ans, est donné à tort semble-t-il comme l’enfeu du saint patronyme de l’édifice. Depuis le début de l’année 2008, et en attendant la réouverture du musée, le sarcophage est placé dans une galerie de la cour de l’actuelle médiathèque.

Descriptif

Pièce d’applique, le sarcophage est en marbre blanc, de forme trapézoïdale; il est sculpté sur trois de ses quatre côtés.
Le grand panneau central est composé en 5 registres encadrés par 4 colonnes, eux-mêmes cloisonnés ce qui favorise une lecture à la fois latérale et verticale. Tous les motifs se répètent de part et autre d’un médaillon central où s’inscrit un chrisme. On peut y lire les symboles du Christ : le Qui et le Rho, deux premières lettres grecques du nom du Christ, et l’Alpha et l’Oméga (le Christ étant à l’origine et au terme du monde).
Les motifs sont végétaux et stylisés, ce qui, au passage laisse penser à une datation au VIe ou début du VIIe siècle,(excluent presque définitivement l’attribution à saint Alain décédé au Ve siècle). On voit successivement : deux acanthes arborescentes, des acanthes en rinceaux, un double cep de vigne qui s’échappe d’un vase.
Sur les faces latérales, un même motif : double rinceau de pampres en partie supérieure et branche à feuille de lierre en partie inférieure.
Ces motifs témoignent à la fois de l’héritage antique : pampres, acanthes et de la liturgie nouvelle : vigne.

Le sarcophage de Lavaur est le seul de cette qualité conservé dans les collections publiques tarnaises.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection