Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Administration des musées
Fiche Œuvre

Sisyphe roulant éternellement son rocher

Sisyphe roulant éternellement son rocher © Tous droits réservés
Artiste

Alexandre Denis Abel de Pujol

(1787 Valenciennes - 1861 Paris)
L’artiste
Chronologie
1819
Technique
Huile sur toile
Dimensions
130 cm x 212 cm
Numéro d’inventaire
Ca.1.83
Collection
Peinture du XIXe siècle
Voir la collection
En savoir plus

Sisyphe, selon les mythes, défia Zeus ou Hadès et Thanatos. Pour le punir, il fut condamné à faire rouler éternellement, dans le Tartare, un rocher jusqu’en haut d’une colline dont il redescendait chaque fois avant de parvenir à son sommet.

Cette œuvre, exposée au Salon de 1819 et commandée par Louis XVIII, appartient à une série de quatre dessus de portes dont un a disparu et dont les autres sont conservés au Louvre (Ixion dans le Tartare) et au musée des Augustins à Toulouse (Les Propoétides changées en rocher). Abel de Pujol, qui a retenu les leçons de David, place le spectateur au plus près du drame et témoigne d’un sens aigu du dessin et de la composition. Le roi déchu vit son enfer, prend un dernier appui, s’arc-boute et parvient au sommet de la côte. Dans un horizon de flammes, sa terrible pierre, grise comme cendre, peut enfin atteindre le repos. Mais dans l’ombre, sa main qui parait attirée par une force invisible, lâche prise. Il est homme habile et souple, encore sûr de ses forces. Mais que peut-il contre une vengeance invisible à ses yeux ? La voilà jeune et implacable Méduse, les yeux imbibés de sang, le front ceint de serpents et le corps verdâtre enveloppé de son voile de cruauté. C’est pour elle que le peintre nous a convoqué.

Dépôt du musée du Louvre en 1872.
Cette oeuvre n’est pas présentée de façon permanente.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection