Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Super Flumina Babylonis

Jean-André Rixens - Super Flumina Babylonis © François Pons pour Occitanie Musées
Artiste

Jean-André Rixens

(1846 Saint-Gaudens - 1925 Paris)
L’artiste
Technique
Huile sur toile
Dimensions
H : 115 ; L : 146
Numéro d’inventaire
2003.2.1
Collection
Peintures de J-A Rixens
Voir la collection
En savoir plus

Oeuvre réalisée par le peintre André Rixens en 1874 représentant les Juifs prisonniers du roi Nabucchodonosor à Babylone selon le psaume 136 / 137 du Livre des psaumes. avec ce tableau André Rixens obtient le second grand prix de Rome. Cette oeuvre a été envoyée en 1875 à la Commune de Saint-Gaudens à la demande du député Marc-Marie de Lassus. En 2006, la commune de Saint-Gaudens a accepté le transfert de propriété proposé pour toutes les collections mises en dépôt avant le 7 octobre 2010.
La toile de Rixens évoque l’exil à Babylone qui suivi la prise de Jérusalem par le roi de Babylone Nabuchodonosor en 586 avant J-C. Selon la tradition rabbinique, il a été écrit par le prophète Jérémie. Ce psaume est appelé en latin Super Flumina Babylonis. Il a été mis en musique à maintes reprises et se retrouve aussi dans la littérature.

Rixens s’est attaché à illustrer ce psaume :

Sur les bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion.
Aux saules de la contrée nous avions suspendu nos harpes.
Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, et nos oppresseurs de la joie : Chantez-nous quelques-uns des cantiques de Sion !
Comment chanterions-nous les cantiques de l’Éternel sur une terre étrangère ?
Si je t’oublie, Jérusalem, que ma main droite se dessèche ! Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie !
Éternel, souviens-toi des enfants d’Édom, qui, dans la journée de Jérusalem, disaient : Rasez, rasez jusqu’à ses fondements !
Fille de Babel, la dévastée, heureux qui te rend la pareille, le mal que tu nous as fait !
Heureux qui saisit tes enfants, et les écrase sur le roc !

À découvrir ici
Musée Arts et Figures des Pyrénées Centrales

Le Musée - Saint-Gaudens

Saint-Gaudens | 31
Dans la même collection
Voir la collection