Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche chef d’œuvre commenté

Tailloir

© K. Schenck-David. Musée archéologique départemental
Collection
Sculpture antique
Voir la collection
En savoir plus

Remployé comme linteau de l’une des fenêtres de la chapelle Saint-Julien de Saint-Bertrand-de-Comminges, ce marbre antique avait fait l’objet de bien des spéculations jusqu’à sa dépose en 1985. L’extraire de son mur a permis d’en identifier sa fonction première et ses remplois. Il apparut en effet que ce linteau était un tailloir dont les quatre chanfreins portaient un décor. Et l’on découvrit que son lit d’attente (la face supérieure qui, recevant soit un entablement soit une retombée d’arcs, n’avait pas lieu d’être ornée), était, lui aussi, pourvu d’un décor bien conservé.

Aux chanfreins du tailloir, deux pampres jaillissent de part et d’autre d’un vase cordiforme. Si la forme lancéolée des feuilles manque de souplesse, le développement des vrilles terminales, plus vivaces, est proche du tracé des vrilles sculptées aux angles d’une table d’autel paléochrétienne trouvée à Saint-Bertrand, créant ainsi un indéniable lien de parenté.

La face supérieure, elle, est ornée d’un vase à godrons pourvu de deux anses, d’où deux pampres jaillissent en volutes et se terminent en spirales. Ce motif est encadré de deux pilastres cannelés et rudentés, posés sur une base moulurée et surmontés d’un chapiteau de type corinthien au dessin très schématique. De part et d’autres se déployaient deux panneaux latéraux occupés par un cadre  en losange mouluré dont le champ devait être orné de fleurons.

On estime aujourd’hui que le marbre d’origine, d’une longueur d’environ 1,50m, a appartenu à un mur bahut marquant la séparation entre le portique à colonnade et le jardin d’une demeure patricienne. Récupérée lorsque la première communauté chrétienne y implanta son église, cette plaque fut sciée pour servir de tailloir à l’un des piliers de la nef.

Un dernier remploi en fit, à l’époque romane, un linteau de fenêtre.

 

À découvrir ici
Musée_Archéologique_Départemental

Musée archéologique départemental

Saint-Bertrand-de-Comminges | 31
Dans la même collection
Voir la collection