Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Administration des musées
Fiche Œuvre

Urne funéraire

Urne funéraire © Tous droits réservés
Chronologie
IIIe période intermédiaire
Technique
Terre cuite
Numéro d’inventaire
Eg 174
Collection
Antiquités égyptiennes
Voir la collection
En savoir plus

Cette urne funéraire, sans bouchon, est celle de Besenmout; elle fait partie de la donation Gay-Lussac.
Sa panse large porte une ligne de signes hiéroglyphiques peints à l’encre noire. Ce court texte indique d’une part que son ancien contenu, un foie, si la répartition fut faite avec soin, était sous la protection du génie Amset et, d’autre part, que le canope avait été préparé pour le trousseau de « L’Osiris, le prophète de Montou Seigneur de Thèbes, Besenmout, justifié». Les deux premiers signes entrant dans la composition de l’anthroponyme sont en grande partie détruits, mais leurs traces sont suffisantes – bec, jabot et pattes de l’oiseau -ba, fin du signe -sa- pour que la lecture soit assurée.
La facture du vase, la composition de l’inscription et son épigraphie permettent d’affirmer que ce canope provient de la même série que celle déjà connue par les vases de Douamoutef et de Kebehsenouf (musée du Caire). Ce vase a donc pour origine la sépulture collective aménagée de la XXVIe dynastie dans le temple de Deir-el-Bahari, pour les prêtres de Montou : un ensemble qui fut exploité vers 1858 à la fois par Sabatier et Mariette, et qui fournit aussi de belles pièces à divers collectionneurs. Enfin, le numéro 216 porté au crayon sur le vase indique peut-être une acquisition auprès de l’ancienne salle des ventes de Boulaq, puisque de telles indications sont encore visibles sur les canopes du musée du Caire.

Cet objet n’est pas exposé de façon permanente.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection