Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

Plan au sol de la cathédrale Saint-Alain et de son cloître

Plan au sol de la cathédrale Saint-Alain et de son cloître © Tous droits réservés
Artiste

Vimenet

(Fin XVIe siècle - première moitié du XVIIe siècle)
L’artiste
Chronologie
1615
Technique
Huile sur toile
Dimensions
74 x 63 cm
Numéro d’inventaire
96.06.01.P
Collection
Autour de la cathédrale Saint-Alain
Voir la collection
En savoir plus

Il s’agit d’une huile sur toile montée sur simple châssis, de 74 x 63 cm ; la toile est signée d’un certain Vimenet et datée de 1615. Elle représente le plan au sol de la cathédrale et de son cloître et détermine sous forme de petits rectangles les emplacements numérotés de toutes les sépultures présentes dans les lieux.

Ce document est de toute première importance ; il manque malheureusement beaucoup d’éléments pour faire parler ce plan, à commencer par le tableau de correspondance entre ces séries numérotées et les noms des familles. Le cloître, haut lieu de sépultures a disparu au début du XIXe siècle, quant au sol de la cathédrale, il a été plusieurs fois refait depuis. Lorsque le baron de Guilhermy visite et décrit minutieusement l’édifice en 1857, il ne dit rien d’éventuelles pierres tombales et inscriptions au sol. Tout a déjà disparu. On sait par les archives que le plomb de nombreuses sépultures de la cathédrale a été fondu à la Révolution.

On décèle cependant des couleurs différenciées, et l’on suppose certains emplacements « réservés ». On sait par tradition que les évêques et prévôts du chapitre décédés à Lavaur ont souvent été enterrés dans la partie la plus sacrée : le chœur liturgique réservé aux chanoines et membres du chapitre canonial, et plus près du maître-autel pour certains, comme dans le cas du bel enfeu aménagé à la Renaissance pour le repos de l’évêque Simon de Beausoleil.

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection