Nos musées en ligne
L’association
Occitanie Musées est l'Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d'activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie...). L'Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.
Accès adhérent
Fiche Œuvre

La Cour des orangers

La Cour des orangers © Tous droits réservés
Artiste

Santiago Rusiñol y Prats

(1861 Barcelone - 1931 Aranjuez)
L’artiste
Chronologie
1904
Technique
Huile sur toile
Dimensions
H. 0,87 m ; L. 1,075 m
Statut administratif
Dépôt musée d'Orsay, 1949
Numéro d’inventaire
D 49-1-2
Collection
Peinture hispanique
Voir la collection
En savoir plus

Dans le genre du paysage, Santiago Rusiñol y Prats reste à coup sûr le plus sensible et le plus poète des artistes du XIXe siècle en raison peut-être de ses talents d’homme de lettres. Il rencontre en 1865, lors de ses séjours à Paris, Ramón Casas, Ignacio Zuloaga et Erik Satie. Dans les dix dernières années du siècle il fait partie du mouvement moderniste en Catalogne et participe au groupe d’Els Quatre Gats, parmi ceux qui ont redécouvert Le Greco avec ferveur.
Pendant des années le thème des jardins d’Espagne inspire l’artiste. La composition est presque toujours la même, mais sa palette évolue, les couleurs deviennent plus vives ; le vert, le rose et le rouge vermillon atteignent une grande intensité lumineuse. On a pu qualifier son style d’Impressionnisme méditerranéen.

La cour des orangers nous montre un patio à Soller (Majorque). L’ombre claire, les tonalités chaudes des fruits, la symétrie de la composition évoquent à la fois le calme, l’équilibre et la paix dans une ombre douce. Rusiñol nous plonge dans une atmosphère poétique qui lui est propre et que l’on retrouve dans la majorité de ses oeuvres à partir des années 1890.

Extrait du cat. exp. Madrid/Bilbao, 2002/2003
© R. Tailhades

À découvrir ici
Dans la même collection
Voir la collection